Articles

Interview des fondateurs de PLASTIC ODYSSEY – dépolluer les océans

Plastic Odyssey souhaite dépolluer les océans et les rivages tout en utilisant le plastic comme ressource.
Ce projet passionnant a été sélectionné pour les prochains Engage Days du 9 au 12 novembre et sera accompagné par la prochaine promotion du programme Transformation de l’Engage University.

Plastic Odyssey est porté par Simon Bernard et Alexandre Déchelotte. Ils reviennent ici sur leurs parcours, leurs motivations et la singularité de leur projet.

Pouvez-vous présenter Plastic Odyssey en quelques mots ?
Simon : L’océan est à la fois le berceau de la vie sur Terre et le premier poumon de la planète. Pourtant, il est terriblement maltraité. C’est une véritable décharge à ciel ouvert. Il est irréaliste de croire qu’il est possible de le nettoyer.
L’immense majorité des plastiques déversés chaque jour se dégrade en micro-particules ou coule au fond. La seule solution est d’arrêter de les jeter. Pour cela, il faut s’inspirer de la nature et faire des déchets une ressource. Il existe de nombreuses solutions, mais elles sont peu répandues. Il faut les faire connaître et les diffuser. Nos décharges d’aujourd’hui doivent devenir nos mines de demain.
Alexandre : Plastic Odyssey, c’est une expédition maritime autour du monde pour développer et partager des solutions de recyclages du plastique sous toutes ses formes.
Le navire va remonter le problème à la source, le long des côtes les plus touchées par cette pollution. À chaque escale, des plastiques seront collectés et triés. Tout ce qui est recyclable sera transformé à bord de l’atelier flottant, en expérimentant des systèmes adaptés aux besoins du pays dans lequel le bateau se trouvera. Le reste sera transformé en carburant recyclé à l’aide d’une unité de pyrolyse et utilisé pour faire avancer le bateau. Cette technologie en pleine émergence est très prometteuse et pourtant peu connue. Elle permet d’obtenir jusqu’à 1L de combustible par kg de plastique traité. Couplée à l’énergie solaire par exemple, elle permet de favoriser l’accès à l’électricité en zone rurale tout en dépolluant. L’objectif est de créer un véritable bateau ambassadeur du recyclage qui permettra à terme de créer de l’emploi en limitant la pollution.

Vous deux en quelques mots ?
Alexandre : D’abord camarades de classe sur les bancs de l’école de la Marine Marchande, Simon et moi sommes devenus amis et coéquipiers dans des projets variés menés tout au long de nos études. Simon, c’est l’aventurier, il cherche toujours à explorer loin des sentiers battus, à innover. Il a mené beaucoup de ses projets droit vers la réussite, l’engagement et le cœur qu’il met à l’ouvrage sont les clés de sa réussite.
Simon : Alexandre, c’est plus qu’un simple ami, c’est un vrai coéquipier à qui je fais pleinement confiance. On a déjà travaillé ensemble sur des projets, c’est un binôme qui marche. Alex, c’est un passionné, quand il fait quelque chose, il le fait à fond. Je suis toujours impressionné par l’énergie qu’il arrive à déployer pour les projets professionnels tout en menant sa vie de jeune papa à côté.

D’où vous est venue l’idée ?
Simon : Je suis passionné par les défis techniques et la nature. Depuis tout petit, je passe mon temps à chercher des solutions aux enjeux écologiques. Je me revois encore faire des plans de baignoire à recycler l’eau ou de moteurs à énergie perpétuelle (j’ai vite abandonné cette idée). J’ai pas mal traîné dans les fablabs et autres ateliers aux côtés d’autres makers.
Un jour, alors que je faisais escale à Dakar, je me suis rendu compte qu’il y avait du plastique partout sur les côtes et qu’à côté de ça des gens cherchaient des petits boulots pour survivre. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire.
Alexandre : frappé par la pollution marine lors de mes navigations, escales et plongées en mer, j’ai commencé à m’intéresser aux innovations concernant le recyclage. À 20 ans, j’ai créé l’association Greenactive, pour me lancer dans un projet de recyclage de bouteilles en filaments d’imprimante 3D. Pour cela, je voulais affréter des bateaux pour collecter les plastiques en mer, mais je me suis rendu compte qu’il était irréaliste de vouloir nettoyer l’océan et qu’il fallait agir en amont. Une fois dans l’eau, il y a moins d’1 % du plastique qui flotte et qui peut donc être récupéré.

Qu’est-ce qui différencie Plastic Odyssey d’autres projets de bateaux propres – panneaux solaires, hydrogènes, etc. ?
Simon : le sujet est cette fois la pollution marine et l’accès aux solutions de recyclage du plastique. Néanmoins, à l’image de Solar Impulse ou Planet Solar, nous voulons montrer qu’il est possible de réaliser un tour du monde en parfaite autonomie, simplement en recyclant les déchets collectés sur les côtes pour faire avancer le bateau.
Alexandre : Le cœur de l’innovation réside dans le concept de notre bateau : le plastique non-recyclable récupéré sur les plages est chargé dans un conteneur 20 pieds après avoir été broyé. Nous aménageons un deuxième container qui traitera les déchets pour alimenter nos moteurs. Le plastique retourne à son état d’origine : du carburant. Ce dernier produit de l’énergie électrique qui propulse notre bateau. Le pouvoir énergétique des déchets plastiques est énorme, et aucune pollution n’est engendrée lors de sa transformation. C’est un procédé très propre qui fait de notre catamaran un bateau vert et autonome.

Quels sont vos principaux enjeux aujourd’hui et le calendrier du projet ?
Alexandre : Nous entrons dans la phase de financements, avec la construction de notre prototype à la fin de l’année. Grâce à ce bateau prototype, nous produirons une vidéo qui dévoilera le procédé qui permet de propulser un bateau uniquement grâce aux déchets. Cette vidéo fera le tour du monde pour prouver que c’est possible, notre objectif étant de démocratiser le recyclage du plastique, donc faire en sorte que le plus de gens possible en entendent parler. La phase suivante sera la préparation du tour du monde sur le navire à taille réelle (24 mètres). Nous avons prévu 34 escales sur une durée de 3 ans avec un départ fin 2019.

Votre projet a été sélectionné pour les prochains Engage Days, qu’en attendez-vous ?
Alexandre : Nous sommes heureux d’avoir été choisis pour prendre part aux Engage Days. Pour nous, ce sera l’occasion de partager notre vision des choses et recueillir des retours, car c’est comme ça que nous avançons le mieux. Partager pour avancer, c’est l’essence même de notre démarche, et c’est d’ailleurs pourquoi nous nous sommes dirigés vers l’open source.

Dans une récente conférence à l’Engage University, Gaël Giraud alertait sur le fait que les poissons pourraient tout bonnement disparaître des océans en 2050 si l’on ne fait rien – acidité, plastiques. Restez-vous confiants ?
Simon : Je suis plutôt optimiste de nature et préfère toujours parler des solutions plutôt que des problèmes eux-mêmes. Il est vrai que l’océan et sa biodiversité sont maltraités : que ce soit par la surpêche, la pollution ou les effets du réchauffement climatique. Je pense qu’il faut rapidement limiter les dégâts en adoptant des solutions de transition au plus vite. De plus, il faut être réaliste, si on veut abolir la pollution, il faut montrer qu’il est plus rentable économiquement de faire autrement, en préservant la nature. Pour moi, c’est la meilleure option. Heureusement, il existe des solutions, c’est l’objectif de Plastic Odyssey de les faire connaître.
En ce qui concerne la surpêche, il y a aussi des solutions : on peut mettre en place des aires marines protégées, adopter de nouvelles techniques de pêche qui sélectionnent les poissons, etc. Pour la pollution atmosphérique : les énergies renouvelables sont de plus en plus performantes et on sait aujourd’hui utiliser le CO2 pour cultiver des microalgues, en faire du plastique ou du carburant propre.
Il faut adopter une économie qui s’inspire de la nature pour mieux la protéger, c’est le seul moyen pour nous de survivre, sur cette planète du moins.

La COP21 : un paradoxe.

Le métier des diplomates, c’est de rédiger et de passer des accords internationaux. De ce point de vue, il convient de féliciter la diplomatie française : c’est en effet un véritable tour de force que d’avoir réussi que 195 pays, des plus pauvres aux plus riches, des plus petits au plus grands, acceptent – par consensus – un texte concernant le changement climatique. Il est vrai que l’accord n’entrera en vigueur qu’après que 55 pays comptant pour au moins 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre l’ait signé (la nuance est subtile), mais tout de même : si l’on compare, sur le plan purement technique, l’issue de la réunion de Copenhague en 2009 (COP15), où 26 pays, à l’initiative des USA et la Chine, avaient décidé en catastrophe, la dernière nuit, de rédiger et de ratifier un texte (l’Europe ne faisait pas partie de ce groupe d’Etats !) où l’on trouve l’allusion aux 2°C de réchauffement qu’il conviendrait de ne pas dépasser et celle au Fonds Vert pour le climat de 100 milliards d’euros par an pour financer l’adaptation aux changements des pays en développement , et celle de la COP21, où le ministre des Affaires Etrangères français, d’un petit coup de marteau, déclenche l’enthousiasme de l’ensemble des représentants mondiaux, on ne peut que saluer le savoir-faire de la diplomatie française.

Le paradoxe, c’est que cet enthousiasme a en fait salué … un constat d’échec. C’est ce qu’exprime avec on ne peut plus clarté le point 17 du préambule de l’Accord, reproduit ici in extenso – il en vaut la peine, car il faut le relire plusieurs fois pour se convaincre … qu’il dit bien ce qu’il dit :

La Conférence des Parties « note avec préoccupation que les niveaux des émissions globales de gaz à effet de serre en 2025 et 2030 estimés sur la base des contributions prévues déterminées au niveau national ne sont pas compatibles avec des scénarios au moindre coût prévoyant une hausse de la température de 2 °C, mais se traduisent par un niveau prévisible d’émissions de 55 gigatonnes en 2030, et note également que des efforts de réduction des émissions beaucoup plus importants que ceux associés aux contributions prévues déterminées au niveau national seront nécessaires pour contenir l’élévation de la température de la planète en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels en ramenant les émissions à 40 gigatonnes ou en dessous de 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels en ramenant les émissions à un niveau devant être défini dans le rapport spécial mentionné au paragraphe 21 ci-après. »

Petite explication de texte.

Rappelons que, d’après le dernier rapport du GIEC, deux conditions sont requises pour tenir l’objectif des 2°C : i) stabiliser rapidement nos émissions, puis ii) les diminuer de sorte que leur total, à partir d’aujourd’hui, ne dépasse pas en gros 1000 milliards de tonnes de carbone (GtC). C’est le budget restant. Evidemment, plus nous tardons à réduire nos émissions, plus leur réduction devra être rapide par la suite, puisque le budget total est fixé.

La formulation un peu lourde « contributions prévues déterminées au niveau national » désigne officiellement les engagements volontaires des différents Etats. La formule est consacrée (en anglais : INDC, Intended Nationally Determined Contributions).

Le texte dit que les INDC conduisent à une augmentation des émissions en 2030 (puisqu’elles sont de 50 GtC aujourd’hui) : la première condition ne sera donc pas satisfaite (il faudrait ramener les émissions à 40 GtC en 2030) – a fortiori s’il fallait limiter le réchauffement à 1,5°C ! En conséquence, les efforts de réduction au delà de 2030 devront être « beaucoup plus importants » si l’on veut tenir le budget global… On s’en convainc aisément. La perspective de 1,5°C n’est pas chiffrée, il est demandé au GIEC de faire une étude spécifique (point 21 de l’Accord).

On peut s’étonner qu’il soit fait référence, dans l’Accord, à un réchauffement moindre que celui mentionné à Copenhague. La raison en est que les Etats insulaires, ceux qui menacent de disparaitre purement et simplement à cause de la montée du niveau des mers, voulaient faire valoir que l’objectif des 2°C était déjà trop élevé pour eux. C’est là qu’on perçoit tout le savoir faire des rédacteurs : on a fait mention des 1,5°C, non pour dire qu’il fallait chercher à l’obtenir, mais pour remarquer, ce que Monsieur de La Palice aurait sans doute pu formuler lui-même, que ce serait encore plus difficile que les 2°C ! L’essentiel, c’est que cela a permis que l’Accord soit adopté!

Résumons : l’Accord de Paris contribue à créer un cadre international dans lequel des actions climatiques peuvent venir se loger. Ce cadre est meilleur que le précédent : en particulier, il abolit la distinction entre pays développés et pays en voie de développement, distinction devenue caduque lorsqu’il apparait, par exemple, que la Chine est devenu le principal émetteur de gaz à efffet de serre.

La corbeille est donc belle, mais elle ne contient rien de nouveau, et, s’agissant de la réduction des émissions et/ou de l’adaptation au changement climatique, elle est vide.