Crise du coronavirus : retrouver le futur

Jean Viard est sociologue et directeur de recherches CNRS au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po Paris. D’un grand éclectisme, il s’intéresse à l’aménagement du territoire, à l’agriculture, aux temps sociaux (vacances, 35 heures), à la mobilité, à la question migratoire et aux comportements politiques. Il fut conseiller municipal à Marseille de 2008 à 2014, et candidat LREM  pour les législatives 2017 dans le Vaucluse.

 

Qu’est-ce que la crise du Coronavirus a changé dans ta vie ?

Je vis dans le sud du Luberon, dans une vielle ferme. On peut dire que j’ai des conditions optimales de survie, sans aucun problème matériel. Après, j’ai des choses qui me manquent, comme ma petite fille qui ne comprend pas pourquoi son grand-père ne la prend plus dans les bras. Et sortir aussi, car je suis un être profondément social.
Cela ne m’empêche pas de rester actif. En ces temps de crise, cela relève de ma responsabilité.
Je donne des entretiens, j’ai une chronique tous les matins sur France Info. C’est ma manière de faire de la sociologie. Une sociologie de terrain, à chaud.

On est face à une rupture très profonde, et le débat va se jouer sur la question de la souveraineté. ” 

 

Qu’est-ce que la crise du Coronavirus dit de notre société ?

C’est une crise totalement imprévue, énorme, et qui nous impacte tous. Cette période va nous marquer à vie, on la racontera à nos enfants, et on craindra qu’elle se répète. Et en même temps c’est une expérience commune à trois milliards d’hommes. Pour moi, c’est donc un bouleversement du même ordre qu’une guerre mondiale, même si c’est incomparable en termes de nombre de morts.
On est à la fin d’un cycle politique ouvert par Reagan et Thatcher dans les années 1980. Avec la fin de la Guerre Froide, le capitalisme avait battu le communisme et était devenu le modèle unique. On a ainsi accepté une économie de flux tendu qui cherche la minimisation des coûts de production. L’économie avant tout.

Mais la fin de cette période approche, et la crise de 2008 en était déjà une première répétition. Tout le monde voyait bien que le système de fonctionnait plus très bien, mais les mécontentements se sont surtout exprimés dans des populismes peu fertiles.
Aujourd’hui, avec la crise du Coronavirus, on observe un retour soudain des frontières, physiques et économiques. Malgré les grands discours sur notre économie libérale interconnectée, sur l’Europe et le marché unique, on voit bien qu’en période de crise, chaque pays conserve ses ressources. On est donc face à une rupture très profonde, et le débat va se jouer sur la question de la souveraineté. Face aux populismes, va-t-on réussir à utiliser les milliards sur la table pour infléchir l’évolution économique de notre société vers un modèle plus écologique ? L’opportunité est là. Le tout est d’arriver à s’en saisir.

C’est sur ce même enjeu que repose l’avenir de l’Europe. Si l’Europe arrive à se doter des quatre souverainetés fondamentales, l’alimentation, la santé, l’éducation et le militaire, alors on peut envisager la construction d’un « New Deal » vert européen. Sinon ce sera l’échec de l’Union Européenne et les souverainetés deviendront nationales.

Nous avions besoin d’une rupture pour changer d’époque et entrer dans un nouveau cycle, celui de la guerre contre le réchauffement climatique et la destruction de l’environnement.

 

A l’échelle de la France, quels impacts cette crise peut-elle avoir en termes d’impact social et d’inégalités sociales ?

Toute crise met en lumières des écarts sociaux au sein de la société. Cette crise du Coronavirus montre de manière limpide qu’il y a trois grands groupes dans la société française : les employés des bureaux qui peuvent travailler depuis chez eux, les petites mains des services, de la santé et du commerce qui sont obligé de travailler, et les travailleurs de la production industrielle qui sont à l’arrêt. Et on voit que la dynamique de bureaucratisation du réel touche aussi le milieu hospitalier : on a mis des normes partout jusqu’à en oublier les soins.
Quel groupe souffre le plus ? Difficile à dire. Je pense qu’au-delà de ces catégories, ceux qui souffrent le plus sont les personnes les plus isolées.

Mais il est possible que la crise mène à des évolutions positives. Ce qu’on appelle péjorativement, et à tort, les « petits métiers », vont avoir des arguments pour revendiquer des revalorisations de leurs métiers. Après, peut-on arriver à une débureaucratisation de la société ? Ce n’est pas sûr.

 

Es-tu plutôt optimiste ou pessimiste sur l’après-coronavirus ?

C’est dur à dire, mais nous avions besoin d’une rupture pour changer d’époque et entrer dans un nouveau cycle, celui de la guerre contre le réchauffement climatique et la destruction de l’environnement.
Avec la crise sanitaire et le confinement qui en découle, on réalise que si nous changeons nos modes de vie collectivement, à l’échelle planétaire, notre potentiel d’impact est énorme. Va-t-on réussir à penser cet épisode comme une première escarmouche pour un nouveau rapport à la nature ? Réaliser en quelque sorte que Descartes a perdu face à Rousseau, que l’homme doit négocier avec la nature ? Tout dépend de notre capacité à changer d’appui et à nous rassembler sous un nouveau contrat.
On a en tout cas l’opportunité d’entrer dans une période de grande ouverture. Et cela donne beaucoup d’espoir. C’est terrible de dire cela alors que des dizaines milliers de gens sont en train de mourir du virus, mais nous sommes dans une époque charnière où l’histoire peut s’ouvrir.

“ On avait perdu le futur. Aujourd’hui, on a l’opportunité de le retrouver. ” 

 

Chez ENGAGE on aime parler de futurs désirables. Si tu devais imaginer les tiens, à quoi ressembleraient-ils ?

Je suis convaincu que cette période va nous apprendre des choses. Qu’elle va nous aider à changer nos comportements. Aujourd’hui, on trie ses poubelles tout en sachant qu’au fond, ce n’est pas cela qui va changer le monde. Mais si nos actions individuelles s’inscrivent dans un phénomène d’échelle mondiale, on y retrouve du sens. Engager la bataille climatique peut nous redonner de l’espoir. On avait perdu le futur. Aujourd’hui, on a l’opportunité de le retrouver.

 

 

En savoir plus sur Jean Viard et ses parutions.

Ecosia : faire pousser les arbres et les consciences

Ferdinand Richter est Responsable France d’Ecosia, le célèbre moteur de recherche qui plante des arbres. Nous l’interrogeons sur sa vision d’Ecosia, de l’état de la biodiversité et de ses futurs désirables…

 

Peux-tu te présenter et expliquer ton rôle au sein d’Ecosia ?

Je suis responsable France d’Ecosia, je m’occupe donc de toutes les activités d’Ecosia en France, et surtout la partie « éveil et conscience ». Mon rôle consiste donc à faire avancer la conscience de notre communauté d’utilisateurs au-delà de la simple utilisation du moteur de recherche.
Je suis donc un touche-à-tout, et mes missions vont de l’accompagnement de la communauté à la recherche de partenariats en passant par l’organisation de conférences ou d’action de lobbying sur les sujets d’agroforesterie ou de permaculture par exemple.

 

On pense souvent à Ecosia comme un outil de compensation carbone. Ce que tu nous décris semble montrer que la mission que vous vous donnez est bien plus large. Quelle sont donc les actions concrètes que vous mettez en place ?

Pour moi, Ecosia n’est pas un outil de compensation. Nous ne sommes pas dans la croyance qu’il suffit de compenser pour résoudre les problèmes auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés.
Au-delà de planter des arbres, notre mission est de régénérer les écosystèmes. L’arbre est un outil qui permet, notamment dans les zones les plus fortement touchées par le réchauffement climatique ou les plus fortement exploitées, d’aider la nature à se régénérer tout en réinstallant des économies locales liées aux techniques d’agroforesterie, de permaculture, de forêts comestibles, etc.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Ecosia est avant tout un outil pour régénérer les écosystèmes et les économies locales, et non un concurrent de Google.

Nous travaillons aussi sur la protection des écosystèmes qui existent encore avec des actions très variées, par exemple en luttant contre l’extinction des chimpanzés, ou contre les feux de forêts et la technique du brulis.

 

Pour toi, pour régénérer le vivant, il faut passer par le citoyen ? par les entreprises ? par les ONG ?

Le message que l’on porte, c’est que chacun, à son niveau, doit faire avancer les choses. Et c’est très dur, car les effets macroéconomiques des actions individuelles sont difficilement mesurables. Ce que l’on montre avec Ecosia, c’est que l’utilisation d’un outil gratuit, un mini-geste, peut avoir un impact positif et conséquent sur les écosystèmes : plus de 80 millions d’arbres plantés.

 

Cela ne donne-t-il pas l’impression qu’on peut changer le monde d’un simple clic en restant derrière son ordinateur ?

Non, il faut voir Ecosia comme un site internet que les utilisateurs consultent quotidiennement, ce qui nous permet de leur proposer une vision, un chemin. Si demain, on diffuse une vidéo qui montre que la moitié de l’équipe Ecosia fait des actions de désobéissance civile pacifiques avec Extinction Rébellion, on a une chance que 15 millions de personnes la voient. Le fait qu’Ecosia soit un outil utile pour les gens nous donne la légitimité de les inviter à faire un pas de plus. C’est pour cela que nous revendiquons de nombreux engagements sur la désobéissance civile, sur l’énergie, sur la déconsommation, etc.

 

Vous travaillez avec les entreprises ?

La particularité d’Ecosia, c’est que c’est un outil gratuit, donc une entreprise peut installer Ecosia sans même qu’on le sache et faire sa part. Le problème, c’est que les entreprises ont l’habitude d’avoir des outils payants. Elles ne comprennent pas pourquoi on leur offre une solution gratuite.
Deuxièmement, les entreprises veulent souvent utiliser Ecosia pour leur communication RSE, ce qui peut s’avérer problématique. L’intention est-elle d’aller au bout de la démarche écologique, ou juste de s’acheter une bonne conscience ? Nous connaissons malheureusement souvent la réponse.

 

Pourquoi Ecosia est-il partenaire du Défi Biodiversité ? Pourquoi trouves-tu ce Défi intéressant ?

Le nom résume assez bien le « pourquoi » : la biodiversité est un enjeu crucial, peut-être plus que certains autres plus populaires comme celui du climat. La biodiversité est plus complexe et difficile à comprendre, mais elle nous offre une approche beaucoup plus systémique du problème environnemental. Il est primordial que les entreprises comprennent qu’elles font partie d’un écosystème, qu’elles réfléchissent au-delà de leur logo et de leur marque.
Et le mot « défi » est intéressant car il faut s’autoriser à nous challenger. Il ne faut pas adopter une posture qui considère les entreprises comme des gamins auxquels il faut tout expliquer. Les entreprises sont au fait des problèmes et des solutions, il faut maintenant les pousser à se lancer !
Mais « défi » signifie aussi que si les entreprises ne bougent pas maintenant, les conséquences vont leur tomber dessus de façon beaucoup plus lourde. Car les gens qui s’engagent aujourd’hui à leurs côtés sont aussi prêts à mener des actions plus radicales pour faire bouger les lignes. Le Défi Biodiversité, c’est l’une des dernières mains tendues aux entreprises.

 

Justement, que penses-tu de la posture actuelle des entreprises face aux enjeux environnementaux ?

En prenant du recul, malgré tous les progrès que l’on fait, je suis un peu perdu. Malgré l’emballement actuel autour de la plantation d’arbres, je n’ai pas l’impression que l’on comprenne vraiment l’enjeu. Il serait très simple de continuer comme cela, et de se dire qu’on a quand même fait des efforts, que les lignes ont un peu bougé. Personnellement, j’ai besoin d’être honnête avec moi-même, et je me rends compte qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Je sens que je dois renouveler mon discours.

 

Si tu devais imaginer un futur désirable, à quoi ressemblerait-il ?

Un futur où l’on se fait moins ch*** ! Quand je regarde ce que la société nous propose actuellement, il n’y a pas grand-chose qui me fait rêver. La sur-rationalisation de l’être humain et du vivant, qui atteint son paroxysme les entreprises uniquement guidées par la recherche de profits, ça aboutit à un monde où on s’ennuie. Je vois à quel point certaines personnes ont une capacité à s’éclater dans cette vie, qui se reconnectent avec une sorte de folie. J’aimerais voir advenir un joyeux bordel général !
L’arrogance de l’être humain vis-à-vis de la nature, c’est bon, on l’a expérimentée, on l’a vécue. Maintenant on veut autre chose. Laissons-nous surprendre ! Acceptons notre incapacité à contrôler l’avenir. Qu’adviendrait-il si on apprenait aux gamins à s’amuser, à s’éclater dans la diversité ? Soyons assez fou pour oser ne pas les mettre dans des cases et voir ce qu’il se passe.

Biodiversité : il est trop tard pour être pessimiste.

Gilles Bœuf est un biologiste reconnu en France et à l’international et expert des sujets de biodiversité. Professeur à l’université Pierre-et-Marie-Curie, il fut président du Muséum national d’Histoire naturelle et professeur invité au Collège de France.

 

A tes yeux, quelle est la situation de la biodiversité en France ?

La situation de la biodiversité en France n’est ni meilleure ni moins bonne qu’ailleurs. De manière générale, on observe en Europe un effondrement du vivant et de la biodiversité, et ce depuis le Moyen Age. A partir de l’invention de l’agriculture et de l’élevage, les peuples européens ont commencé à impacter leur environnement et la biodiversité, notamment avec la déforestation et la dissémination des espèces animales domestiques.
Malheureusement, notre impact sur la biodiversité s’est accéléré depuis les années 1950 avec le développement de l’usage intensif des engrais, insecticides et pesticides. On parle « d’accélération anthropocène ». Les insectes sont les plus concernés : en vingt-sept ans, les trois quarts des populations européennes ont disparu. Pour les oiseaux, c’est un tiers des populations européennes qui a disparu en quinze ans.

On dit qu’en France, la surface des forêts est actuellement en expansion. C’est faux ?

La taille des forêts augmente en effet mais en termes de biodiversité, les forêts sont considérablement moins riches.
En réalité, depuis les grandes déforestations du XIXe siècle, toutes les grandes forêts primaires françaises ont disparu, même si depuis, on a pu régénérer certaines zones bien protégées et ainsi créer de véritables hotspots de biodiversité.

Tu dresses un tableau assez noir et anxiogène de l’état de la biodiversité…

Je ne suis pas du tout collapsologue et je ne cherche pas à faire peur aux gens. J’enseigne en médicine, en agronomie et vétérinaire : je ne vais pas passer mon temps à dire que c’est foutu ! Mon travail est seulement d’exposer les faits aux gens.
Ce que je dis, c’est que nous avons pris un chemin, sinon angoissant, du moins préoccupant, et qu’il faut redresser la barre. Nous pouvons la redresser et il faut la redresser maintenant ! Nous n’avons pas le temps d’attendre une nouvelle génération.

Donc tout n’est pas foutu ?

Pas du tout. On me présente parfois comme un écologue optimiste, à tort ou à raison. En fait, pour moi, il est trop tard pour être pessimiste. D’un autre côté, il est vrai que les systèmes politiques ne prennent pas vraiment le pouls de la situation. Ils ne comprennent pas que si l’on passe à côté des défis du climat et de la biodiversité, on n’arrivera à rien d’autre.

Les écosystèmes peuvent-ils se régénérer ?

Les écosystèmes ont une résilience certaine qui leur permet de se régénérer. De ce point de vue, « l’effet réserve » fonctionne plutôt bien : dans une réserve, la diversité biologique et la quantité de biomasse est préservée, ce qui rend le milieu beaucoup plus résilient aux changements. Ce phénomène est d’autant plus visible dans les milieux marins. Dans les endroits où l’on a arrêté de pêcher, les écosystèmes peuvent se régénérer en 3 ans. C’est tout à fait extraordinaire !

Mais attention, on a beau parler sans arrêt de résilience, il ne faut pas oublier qu’il ne peut y avoir de résilience si l’écosystème est mort. En artificialisant les espaces, on a fragilisé voire complètement détruit des écosystèmes, ce qui pose un problème à la fois pour la biodiversité mais aussi pour nous autres, humains, qui dépendons entièrement des milieux naturels. Prenons l’exemple des fortes pluies saisonnières en France. Si elles causent aujourd’hui d’avantages de dégâts qu’auparavant, c’est non seulement à cause du changement climatique, mais aussi et surtout car les eaux ne peuvent plus s’infiltrer dans les sols que nous avons altérés et dégradés. Le drame, c’est que le changement climatique cache le problème de la destruction des écosystèmes qui est la première raison de l’effondrement du vivant.

Ce qu’il faut à tout prix éviter, c’est le « shift », c’est-à-dire le point de non-retour où un écosystème est tellement dégradé qu’il se transforme en un autre écosystème, moins riche en termes de biodiversité, et ce de manière définitive. Par exemple, sur le littoral atlantique français, la disparition d’espèces clés dans la chaîne alimentaire fait qu’on ne trouve aujourd’hui plus que des moules sur les rochers. Un autre défi auquel nous faisons face est celui des effets du changement climatique qui vont impacter les milieux protégés. Par exemple, dans les eaux atlantiques françaises, on observe que le plancton migre de quarante-sept kilomètres vers le Nord par an. Nous devons prendre acte de ces changements inéluctables et adapter nos méthodes de préservation.

En tant que citoyen, comment peut-on contribuer à la régénérescence des écosystèmes ?

Il faut que les citoyens prennent part au changement. Je crois beaucoup en la force du participatif : récolter des données, participer à leur exploitation, en discuter entre citoyens et agir.
D’abord, au niveau individuel et associatif, il faut participer au maximum à la prise de conscience, au partage de l’information et à la lutte contre tous les scepticismes. Ensuite, il faut contribuer aux effets réserves en luttant contre tous ceux qui veulent détruire les réserves, construire de nouvelles routes, lignes de TGV et aéroports partout. Le territoire est assez aménagé comme cela ! Dans les milieux agricoles, il faut se battre contre la monoculture et diffuser la polyculture. En ville, il faut se mobiliser pour favoriser la verticalité à l’étalement urbain. Tout le monde peut contribuer : rien qu’à Paris, on recense plus de mille espèces de plantes, soit un septième des espèces présentes en France. Du côté des entreprises, il faut explorer les pistes de la bio-inspiration et du biomimétisme et prendre conscience que le business est impossible dans un monde insoutenable.

Tu parles de biomimétisme et de bio-inspiration, c’est-à-dire s’inspirer de la nature pour développer de nouveau systèmes productifs. Cela peut-il contribuer à régénérer les écosystèmes ?

Il est possible répondre à nos problèmes par des solutions basées sur la nature. De manière plus fondamentale, il ne faut jamais faire de profit sur la destruction du capital naturel. J’ai beaucoup d’espoir de ce côté-là. Les dirigeants d’entreprises veulent être fiers de leurs boites. Les meilleurs d’entre eux ont compris qu’aujourd’hui, pour recruter et fidéliser des collaborateurs, il faut leur donner des activités qui ont du sens. Ce qui est alarmant, c’est qu’aujourd’hui, nos capacités de nuisances et de destruction des écosystèmes vont plus vite que notre prise de conscience.

Chez ENGAGE, on aime parler de futurs désirables. A quoi ressemblent les tiens ?

Pour moi, un futur désirable est d’abord un futur où l’on met fin à l’usage des pesticides et insecticides chimiques, ce qui est vraiment jouable. Un futur où l’on arrête de gaspiller, de polluer et de détruire.