Bastien François est Directeur du développement et de la prospective chez ENGAGE. Il est convaincu que l’accélération des changements que nous vivons nous oblige à considérer et étudier l’inconnu et la complexité comme des composantes à part entière de la stratégie des organisations. Dans cet article, il nous démontre l’intérêt la prospective pour les entreprises en période d’incertitude.

De la nécessité de la prospective

Dans un contexte où le futur est pour beaucoup incertain, complexe et maussade, il est nécessaire d’accepter de ralentir pour réintroduire l’avenir dans notre champ de réflexion. Nous sommes convaincus, au sein d’ENGAGE, que la prospective stratégique est aujourd’hui une démarche et une posture pertinente et nécessaire face aux grands enjeux du XXIe siècle, et voici pourquoi.

D’abord, il est important de constater que notre capacité à appréhender les dynamiques qui nous entourent se réduit et que cette réalité est amplifiée par une « accélération » autant technique que sociale, qui modifie notre rapport au temps. Les temporalités se resserrent et les différentes novlangues sont là pour nous rappeler l’injonction à produire efficacement et vite, en mettant souvent de côté l’importance du long terme et de la complexité.

Aussi, nous avons de plus en plus de mal à « caractériser » ce qui se cache dans les angles morts de notre observation du futur, l’incertitude et la part d’inconnu augmentent (les différentes métaphores animalières, cygnes, éléphants et même méduses noirs sont là pour nous le rappeler – voir l’article ici -).

L’incertitude et la complexité deviennent aujourd’hui des spectres d’analyses indispensables quand on veut penser le temps long et son dialogue avec le court terme.

Plus concrètement, dans un monde complexe et en accélération, il n’est plus possible de penser le futur en se basant sur le passé. Demain, les mêmes causes n’entraineront plus les mêmes effets et de nombreuses dynamiques sortent de notre champ de vision. Les outils de projection reposant sur des approches quantitatives avec pour but de prévoir et de projeter l’avenir le plus probable sont alors de moins en moins adaptés. La stratégie doit elle aussi entamer sa transition.

La prospective propose ce nécessaire pas de côté.

 

« il est homme à baser ses compétences sur son expérience ; or dans un monde en accélération, dans lequel les difficultés sont fréquemment inédites, une méthode éprouvée est généralement une méthode révolue. »

Gaston Berger

 

Répondre à l’incertitude et à la complexité en interrogeant le futur

Mais alors, pourquoi questionner le futur quand il est de plus en plus incertain et complexe à appréhender ? N’est-il pas plus pertinent de se concentrer sur la résilience de nos systèmes ?

Penser l’avenir, l’observer au travers de différents filtres (expertises, intelligence collective, fiction, art, scénarios…) et adopter une posture prospective a plusieurs bénéfices. Le but ici n’est pas de faire une liste exhaustive, mais plutôt de mettre en avant ce qui nous semble aujourd’hui fondamental.

D’abord, multiplier les points de vue, les scénarios, les approches, en utilisant l’intelligence collective, l’art ou encore une approche utopique, nous permet d’aiguiser notre aptitude à penser le futur. Dans une époque où l’information, la donnée et la post-vérité se superposent, où les algorithmes servent de caisse de résonance à nos biais cognitifs, il semble encore plus indispensable de décupler les méthodes. C’est pourquoi la prospective ne peut être lisse et homogène, elle doit au contraire bousculer nos croyances, déranger, confronter…

Ensuite, l’approche participative doit permettre à l’organisation de tourner collectivement son regard vers des futurs souhaitables partagés. Il s’agit de mobiliser ainsi autour d’un récit commun qui dessine le rôle de l’organisation dans la carte du monde de demain.

 

« Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose… Si tu veux construire un bateau, fais naître dans le cœur de tes hommes et femmes le désir de la mer. »

Antoine de Saint-Exupéry

 

Enfin, il y a une responsabilité partagée aujourd’hui d’appréhender la complexité. Se projeter dans l’avenir fait émerger les conséquences de la simplification de nos analyses. Les externalités négatives et les intrications de nos décisions actuelles, souvent ignorées par volonté de synthétisation et obligations court-termistes, deviennent évidentes, car elles nourrissent, dans le futur, des défis communs.

C’est pourquoi, il nous paraît essentiel aujourd’hui d’utiliser les méthodes et postures de la prospective stratégique avec toujours en tête quatre fondamentaux : la nécessité du dialogue entre l’expertise et l’intelligence collective (mobilisation) ; l’acceptation de la complexité notamment au travers de la connaissance et de la transdisciplinarité ; la sollicitation de la créativité, l’art et l’imagination comme source d’inspiration et de compréhension des dynamiques actuelles et enfin le questionnement de l’« éthique de la décision » éclairée par un parcours de réflexion qui enclenche l’action.

 

Bastien François
Directeur du développement et de la prospective
ENGAGE