L’intelligence artificielle, alliée de l’information

Benoît Raphaël est expert en innovation digitale et média, journaliste, blogueur, entrepreneur et « éleveur de robots ». En 2017, il lance « Flint » une expérience collaborative entre humains et robots ayant pour objectif de nous sortir de notre bulle d’informations dans laquelle nous enferment nos habitudes et les algorithmes et ainsi reprendre le contrôle de notre information.

 

À tes yeux, quel est l’enjeu majeur de notre rapport à l’information aujourd’hui ? 

Si nous nous basons sur ce qui s’est passé ces derniers mois, nous nous rendons compte qu’à chaque événement, nous faisons face à une tempête de surinformation et de désinformation très perturbante. Cela nous empêche de réellement appréhender la réalité et la complexité des problèmes traité et trouver des solutions.

Un des enjeux principaux  face à ce chaos d’information c’est celui du temps. Essayer de démêler le vrai du faux, décider à qui on fait confiance ou pas, ça prend énormément de temps, temps qui n’est pas consacré à la recherche de solutions. Nous sommes passés d’un monde où citoyens et décideurs avaient besoin d’être informés pour notamment appuyer des prises de décision, à un monde de “guérilla de l’information”.

Aujourd’hui, l’enjeu majeur des acteurs de l’information n’est plus seulement d’informer mais surtout de nous aider à mieux interpréter l’information que nous recevons de toutes parts, et plus seulement via les médias traditionnels. Nous sommes bombardés d’informations souvent contradictoires, et il faut donc que nous apprenions à mieux interpréter l’information et à mieux s’armer pour savoir quoi en faire. Cela passe par un travail sur notre esprit critique mais aussi par le développement d’outils technologiques qui nous aident à gagner du temps et à faire le tri.

“Nous sommes passés d’un monde où citoyens et décideurs avaient besoin d’être informés pour notamment appuyer des prises de décision, à un monde de “guérilla de l’information”.

 

Comment la technologie peut-elle nous aider à traiter l’info-obésité à laquelle nous faisons face ? 

La technologie peut faire ressortir les informations qui sont de qualité, intéressantes et utiles par rapport à des informations qui ne servent à rien, qui parfois ne sont que de la polémique qui sera oubliée le lendemain. Nous vivons un peu dans le monde de Dory (personnage du film Le monde de Némo qui à une mémoire à très court terme), dans lequel nous passons d’un sujet à l’autre sans arriver à garder en mémoire les débats qui ont précédé et donc à construire une réflexion sur la globalité et sur le long terme sur un sujet. 

La technologie peut nous aider à faire le tri dans toutes ces informations contradictoires, et c’est bien plus complexe que d’opposer “fake news” et “vraies news”. Des outils peuvent nous aider à faire ce que j’appelle un “étiquetage de l’information”, et donc à  mieux interpréter l’information que l’on reçoit et lui attribuer une forme de valeur selon sa provenance, sa valeur scientifique, la manière dont elle a été vérifiée… C’est tout un travail d’identification et de traçabilité de l’information, pour reprendre un terme utilisé en agroalimentaire.

 

“Des outils comme Flint peuvent nous aider à faire ce que j’appelle un “étiquetage de l’information”, et donc à mieux interpréter l’information que l’on reçoit et lui attribuer une forme de valeur selon sa provenance, sa valeur scientifique, la manière dont elle a été vérifiée…”

 

Peux-tu nous parler du robot Flint que tu as créé ?

Flint c’est exactement ça : Flint utilise l’intelligence artificielle incarnée par des robots, mêlée à l’intelligence humaine par le biais d’un entraînement de ces robots et d’une interaction régulière avec eux pour mieux faire face à la surinformation et à la désinformation. Flint aide à gagner du temps en faisant une sélection d’articles, de vidéos de qualité et personnalisés. L’objectif n’est pas seulement de nous protéger de la masse d’informations, car on a tendance à parler principalement de ses aspects négatifs, mais aussi d’en profiter. C’est une chance incroyable : nous avons accès à tellement de sources d’informations qu’il y a des opportunités extraordinaires qui nous permettent d’aborder ensemble la complexité du monde pour collectivement trouver des solutions.

L’objectif de Flint est de nous aider à devenir visionnaire du monde et des solutions à trouver, et visionnaire aussi de nos secteurs d’activité quand on est un acteur, décideur ou un militant. Un autre objectif est d’essayer de livrer des ressources qui permettent d’aller un peu plus loin dans l’interprétation de l’information pour mieux développer l’esprit critique et notre capacité à faire face aux informations contradictoires.

 

Comment perpétuer le débat dans un monde noyé dans des informations de qualité variable ? 

C’est une vraie problématique : on entend souvent que le débat est devenu impossible. Je ne sais pas ce qu’il en était avant, mais comme aujourd’hui le débat est plus global et plus interconnecté, ça devient assez cacophonique. La nature même des réseaux sur lesquels se passent les débats, que ce soient les plateaux-télé et les réseaux sociaux notamment, les rend encore plus inaudibles parce que ces plateformes favorisent la rapidité du traitement de l’information.

Le problème avec le débat c’est la manière dont on l’aborde. Je pense qu’il faut qu’on arrive à mettre en place des outils, des plateformes qui permettent de ne plus aborder le débat dans l’unique but d’avoir raison, mais de l’aborder pour nous permettre d’avoir une meilleure compréhension du problème et trouver les bonnes solutions. Il s’agit de trouver des accès simples à la complexité du monde. Il faudrait être très intellectuel pour comprendre la complexité du monde, ce qui la rend inaccessible à la majorité de la population, moi y compris, qui n’a pas le temps de réfléchir à tout ça. Le débat doit nous servir à aborder la complexité collectivement, chercher à mieux comprendre les problématiques tout en se respectant pour trouver des issues. Il faut qu’on ait une approche beaucoup plus tournée vers les solutions et vers des débats constructifs, sachant qu’il n’y a pas de vérité. Pour réfléchir et pour débattre, il faut savoir s’appuyer sur les données à peu près exactes et objectives. Toute donnée peut être interprétée de différentes manières, alors nous devrions faire en sorte d’au moins asseoir chaque débat sur une sélection de données objectives sur lesquelles tout le monde peut se mettre d’accord, sinon il n’y a pas de débat possible.

 

“Il faut qu’on arrive à mettre en place des outils, des plateformes qui permettent de ne plus aborder le débat dans l’unique but d’avoir raison, mais de l’aborder pour nous permettre d’avoir une meilleure compréhension du problème et trouver les bonnes solutions. Il s’agit de trouver des accès simples à la complexité du monde.”

 

Quel souhait aimerais-tu voir exaucé par rapport à notre façon d’envisager la technologie et le progrès plus généralement ? 

Je pense qu’on a une approche parfois négative de la technologie et du progrès car on dit que c’est ce qui a créé le dérèglement climatique, que ça nous a rendu isolés… La technologie comme tout outil doit avoir ses règles pour qu’il n’y ait pas d’abus. Toute nouvelle technologie doit générer des règles d’usage. Je pense que l’approche de la technologie doit se faire en termes d’usage, car les nouvelles découvertes de la science sont toujours des progrès. La question est celle du rapport entre science et conscience:  doit-on tous se cloner pour devenir immortels ? Sûrement pas. Mais est-ce que cela veut dire qu’il ne faut pas explorer la technologie du clonage ?  C’est une autre question. Il y a une vraie différence entre le développement de la science et la manière dont on l’utilise. La technologie n’a jamais été mauvaise en soi, ce sont l’usage qu’on en fait et la manière dont on la fabrique qui sont les clés. Il faut créer de vrais débats de société basés sur de vraies connaissances pour mieux éduquer, et il faut militer pour une plus grande transparence et une plus grande démocratisation dans l’évolution des technologies, ce qui n’a pas été le cas de ces dernières années.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire