Articles

Isabelle Gex : mettre le futur au défi de l’éthique

Isabelle Gex est Présidente de Shiseido Parfums. Elle a choisi de placer l’éthique au coeur de sa stratégie et de lancer un Défi ENGAGE. Elle confie ici ses ambitions et ses premières réalisations.
– Isabelle, qui êtes-vous et quelles sont vos responsabilités au sein du groupe Shiseido ?
Je suis Présidente de l‘activé Parfums du Groupe Shiseido. A ce titre, je suis en charge des stratégies de développement des marques Dolce & Gabbana, Issey Myake, Narciso Rodriguez, Zadig &Voltaire et Serge Lutens. Je pilote leur développement au niveau mondial, dirige le Centre d’Excellence Parfums et, bien sûr, pour mener à bien ma mission, j’ai la chance d’animer une équipe de 180 personnes qui, dans le respect des ADN de nos marques et de leurs créateurs, conçoivent les parfums d’aujourd’hui et de demain.
– Pourquoi avoir lancé ce Défi avec ENGAGE ? 
Pour répondre à mon désir d’incarner notre très inspirant « mission statement » : « Beauty Innovations for a better world ». Pour concrétiser mon envie d’embarquer les équipes dans un voyage collectif créatif porteur de sens et impacter positivement notre industrie.
L’innovation est en effet au cœur de notre industrie et le client est notre obsession. Nos enjeux sont simples : comment incarner nos ADN de marques en histoires créatives et développer une conversation engageante avec nos clients ! Cela repose sur l’anticipation des tendances, la détection des signaux faibles…de Dubai à Sanghai, Milan, Paris, New-York ou Tokyo, c’est la dimension orientation client de notre métier.
Dans ce registre, alors que les enjeux climatiques, éthiques et sociaux deviennent des préoccupations de tout premier plan pour nos clients, ils sont pour nous les moteurs de notre innovation.
Mais notre engagement en tant qu’entreprise va au-delà. Ces enjeux nous concernent directement en tant qu’acteurs de la beauté et nous engagent sur le plan de notre responsabilité et de notre éthique. Comment nous, en tant qu’entreprise, pouvons contribuer à rendre ce monde meilleur, indépendamment de toute pression extérieure ?
Le Défi ENGAGE est donc à la croisée de nos ambitions : créer de la valeur – au-delà de l’économique et de notre stricte périmètre – en associant performance économique ET performance Sociale et environnementale.
– En quoi consiste précisément ce Défi ?
Il est l‘incarnation concrète de notre moto ! C’est une mobilisation collaborative et collective de toute mon équipe. Nous voulons faire progresser notre niveau de conscience et de connaissance, puis développer des projets concrets, au cœur de notre stratégie.
Nous voulons être bousculé sur nos points de vue et peut-être certaines de nos croyances en étant inspiré voire éveillé par les éclaireurs Engage. Nous voulons sortir de notre opérationnalité puis libérer notre imagination et nos énergies créatives. En un mot, nous voulons être des acteurs engagés.
Tout a commencé par un kick off de 2 jours fin mai. Nous avons tout d’abord interagi, le premier jour, avec une série d’acteurs qui ont transformé leur envie de contribution, qu’ils soient chercheurs, entrepreneurs ou artistes. Un moment d’ouverture très fédérateur pour toutes les équipes, qui a démontré la puissance de l’engagement et du passage à l’action.
La seconde journée a été centrée sur des ateliers d’intelligence collective pour briser nos silos et explorer la façon dont nous pourrions, en tant qu’organisation, contribuer à rendre ce monde meilleur.
Nous avons finalement bâti un protocole inédit pour nous tous autour du Défi : un dialogue entre des temps d’inspiration et d’intelligence collective qui réunissent tous les collaborateurs, et des ateliers en plus petits comités pour faire avancer concrètement des projets.
Sur la base du volontariat, nous avons créé 4 équipes de 3 collaborateurs qui, pilotées par des Eclaireurs Engage, ont pour mission de prototyper 1 ou 2 projets d’ici fin décembre.
Les autres collaborateurs sont embarqués autour de 4 temps forts – Les Conférence-Action – qui ont pour objectifs d’apporter des connaissances et de soutenir les 4 équipes dans l’avancement de leurs projets.
– Une ambition d’inspiration, de connaissance et d’action donc ?
Absolument…ainsi qu’une formidable occasion de fédérer les équipes, de construire un socle commun ! J’ai d’ailleurs été fascinée et émue par leur engouement…Cette expérience a touché leur raison et leur cœur en tant que citoyens, mais aussi éveillé la conscience de leur possible impact en tant qu’acteurs économiques au sein de notre groupe !
Clairement, cette aventure est très marquante…On peut dire qu’il y a eu un avant et un après ! Quant au futur, j’ai hâte de voir fin décembre l’éclosion de nos projets et leur mise en œuvre en 2020 !
– C’est bien le pari de l’éthique que vous faites ?
Oui, nous devons permettre à chacun de mieux concevoir et d’étendre son éthique citoyenne de la sphère privée à la sphère professionnelle, et de la mettre en cohérence. Il ne doit pas y avoir de séparation, l’éthique in business doit constituer une priorité.
Pour nous tous, le pari est d’ores et déjà réussi, chaque micro décision dans la conception, la création de nouveaux parfums, nos pratiques et process sont passées à la lecture de notre engagement !
Cette quête éthique résonne avec la recherche de sens, notre mission…Pourquoi ? A quoi cela sert-il ? Quel est mon impact ? Prendre conscience de notre rôle individuel et de la force du collectif. Se dire que nous pouvons bouger les lignes, changer les paradigmes que l’on pensait figés.
– Impliquer l’ensemble des salariés, un autre pari ?
Oui, là encore un réel challenge ! Nos marques sont puissantes, désirables, et chaque équipe y est dédiée…Aller au-delà, penser de façon plus large constitue un réel défi pour un groupe tel que le nôtre.
Il faut s’appuyer sur la force du collectif pour penser de façon plus responsable et engagée. Il faut faire confiance à la capacité de chacun à apporter son talent en favorisant la collaboration.
Cela permet de mettre du liant, de voir au-delà des cases, des fonctions de chacun. Cette mission commune qui nous lie favorise la création de valeurs partagées et développe la fierté autour de ce que nous faisons au quotidien.
– Enfin, vos futurs désirables en quelques mots ?
Garder le cap, faire vivre notre Défi et surtout matérialiser nos idées nouvelles et les faire éclore dès 2020 !
Inspirer, apprendre, agir…et impacter !

Juliette Hamelin : explorer et transformer

Juliette, tu es Exploratrice du Défi conduit par Engage au sein de la division Parfum d’un groupe de l’industrie cosmétique, en quoi consiste-t-il ?
Le défi vise à développer une culture de l’éthique au sein de l’entreprise de façon à favoriser un modèle qui intègre les grands enjeux du XXIème siècle.
Le défi propose en alternance des Conférences-Action et des ateliers d’innovation pour faire émerger concrètement des projets.
Les conférences réunissent l’ensemble des 150 collaborateurs autour d’un temps d’inspiration porté par un acteur de l’économie durable qui partage son expérience et un temps de contribution collective aux travaux d’innovation menés par les Explorateurs.
Les ateliers d’innovation sont organisés en 4 groupes de 4 personnes, 3 Explorateurs de l’entreprise et 1 Explorateur Engage. L’objectif est de challenger les pratiques de l’entreprise au regard des enjeux éthiques et d’imaginer des solutions concrètes qui tiennent compte de ces enjeux. Les groupes s’inspirent en partie du processus de design thinking à la différence fondamentale près qu’il ne s’agit pas de faire de l’empathie client mais de l’empathie planète !

Etre Explorateur Engage, cela consiste en quoi ?
L’Explorateur Engage est là pour soutenir le groupe dans toutes les phases qui conduisent à l’émergence du projet. Il challenge les propositions, nourrit les échanges par des ressources, des exemples de pratiques en lien avec les enjeux éthiques et veille au respect du processus défini pour que le travail débouche sur de l’innovation concrète et transformatrice. Il joue un rôle de vigie. Il fait aussi le lien avec certains Eclaireurs de l’ENGAGE University, qui peuvent enrichir nos réflexions, nous apporter leur expérience.


Qu’est-ce que tu retires de cette contribution ?
Tout d’abord je suis convaincue que l’entreprise est un acteur central de la transition écologique. De même que le consommateur doit agir en citoyen, l’entreprise doit investir sa responsabilité politique au sens de sa contribution à la chose publique. La loi Pacte prend d’ailleurs source dans cette conception de l’entreprise comme partie prenante de la cité.
C’est pour challenger et accompagner les entreprises sur ce rôle que j’ai choisi de monter mon activité de conseil. Etre Explorateur Engage me permet de servir cette ambition.
Etre Explorateur Engage me permet aussi d’évoluer au sein d’un collectif nourrissant, par la qualité des Éclaireurs mobilisés, par les interactions avec les autres Explorateurs, ou encore par l’émulation de Bright City ou encore par l’accès aux formations très pertinentes proposées par Engage University. Etre Explorateur, c’est évoluer dans un contexte porteur de sens, contributif au bien commun, apprenant et inspirant. Ce serait dommage de se priver !

Quel est ton futur désirable ?
Mon futur désirable est un monde de coopération où les interactions humaines sont positives, génératives et inclusives : positives au service d’un projet commun, génératives d’émergence, de résilience et de solidarité et inclusives de chacun dans sa singularité. Le tout autour d’une bonne bière, chti oblige !

Pour aller plus loin ?

En quelques heures | lire ou relire ‘Impliquez-vous’ dialogue sur l’éthique et l’esthétique entre le philosophe Edgar Morin et l’artiste Michelangelo Pistoletto

En plusieurs heures ou plusieurs jours | S’impliquer dans un Défi ENGAGE

En quelques jours | Rejoindre l’ENGAGE University

Inventer un nouveau rapport au monde

Il faut tout changer, probablement. Repenser notre système politique, notre système économique, nos médias, notre rapport au vivant. Pourtant cette injonction, qui sonne pour beaucoup comme une évidence, est aussi la voie la plus rapide vers le découragement et le renoncement.

Si tout doit être changé, nous n’y arriverons pas

Comment croire que nous pourrons simultanément refonder notre démocratie malade, nos industries qui détruisent le vivant, un système économique financiarisé toujours incapable de comprendre les impacts catastrophiques de certaines décisions court-termistes ? Pourtant aucune réponse partielle ne saura être efficace.

Dans un monde globalisé, mon impact est mineur et les autres décident pour moi, mal

Ce sont encore les autres qui décident, en fonction d’intérêts qui, manifestement, ne sont pas les nôtres. Après José Manuel Barroso et son recrutement par Goldman Sachs, comment croire aux bonnes gouvernances européennes ? Après le florilège de réponses opportunistes, abjectes aux derniers attentats, comment croire que cette classe politique a un début de solution ?

Je veux de nouveaux dirigeants politiques, une réforme de notre système démocratique qui appartient manifestement au passé. Pourtant notre démocratie ne me proposera rien en 2017 et nous repartirons pour cinq ans de rustines.
Je veux de nouvelles entreprises plus responsables. Pourtant, malgré les discours bien intentionnés de certains dirigeants de multinationales, j’ai la sensation acide que l’on ne nous tient pas un discours de vérité. Les rayons des supermarchés regorgent de produits sur-emballés non nécessaires, les cimentiers avides sont prêts à tout pour garder leurs marges et continuent à agir, en toute impunité.
Je veux de nouveaux médias qui prennent le temps de l’analyse, de l’explication. Pourtant, même les chaînes nationales tombent dans le panneau de l’hyper-réactivité et participent à la surenchère émotionnelle.

Je veux comprendre. Je veux être écouté. Je veux participer…vœu pieux. Combien de fois avons-nous tenu ou entendu ce discours fataliste ?

Il faut y croire malgré les revers, nos doutes et nos peines, sortir de l’émotionnel pour agir en connaissance et en conscience

C’est aujourd’hui qu’il faut agir. Nous devons faire basculer au plus vite notre système du bon côté, car le temps s’accélère. Combattre le solutionisme hâtif, les recettes court-termistes, opportunistes, gonflées aux hormones.

Rester lucide car la situation est extrême et ces premières lignes montrent qu’il est difficile pour chacun d’entre nous de ne pas participer à la surenchère émotionnelle.
Agir aussi pour retrouver un certain optimisme. Privilégier l’action comme moyen de résistance en se disant que d’autres voies sont nécessairement possibles.

C’est pour cela nous avons créé l’Engage University, car agir nécessite de savoir, de maîtriser les bons outils et de se préparer soi-même au changement.
C’est pour cela que nous créons Engage Futur, pour que des jeunes de 13 à 17 ans acquièrent eux aussi les connaissances, expérimentent de nouvelles pratiques et développent les moyens de s’engager dans le monde qu’ils construiront.
C’est pour cela que nous avons créé Engage, car nous ne transformerons les choses qu’en agissant concrètement et en nous transformant nous-même.

Photo: femmes tendent des miroirs aux militaires en Ukraine.