Articles

Donner un sens à l’avenir

Reza Deghati est un photographe et photo-reporter iranien. Exilé de son pays depuis 1981, il a sillonné plus de cent pays, photographiant les guerres, les révolutions et les catastrophes humaines. Publié dans les plus grands médias internationaux, il est aujourd’hui l’un des reporters-photographes les plus reconnus au monde. Il est à l’initiative de nombreux projets humanitaires, voués notamment à la formation des enfants et des femmes aux métiers de la communication et de l’information.

 

Comment as-tu traversé la période de confinement ?

D’un point de vue personnel, je vis plutôt bien cette période. Dans chaque malheur, il y a des moments de bonheur. Pour moi, cela a été de me trouver pendant deux mois en famille, ce qui n’était pas arrivé depuis quarante ans. Je n’avais jamais autant vu mes enfants !

Professionnellement, la crise remet en question mes projets. Depuis un an, nous préparions avec les Nations Unies de grands projets au Tchad, au Mali, au Niger, en Côte d’Ivoire, au Sénégal. Évidemment, tout est tombé à l’eau.
C’est donc pour moi un moment pour réfléchir à ce qui est essentiel, à ce que je souhaite continuer à faire ou pas après. J’ai d’ailleurs récemment décliné des propositions de projets car je n’arrive pas encore à me projeter dans l’avenir, dans l’après-coronavirus. Ma pensée est encore ancrée dans un système pré-coronavirus, système que nous devons changer.

 

Sagesse, Afghanistan © Reza

 

De ton point de vue d’artiste, qu’est-ce que la crise dit de notre rapport au monde ?

La crise nous montre comment nous sommes rentrés dans un système, une machine infernale, sans garder du temps, de l’énergie et de la volonté pour nous arrêter et réfléchir au sens de nos actions.

Dans mes conférences, j’utilise souvent l’image du Titanic. Nous, Occidentaux, vivons dans un Titanic avec, en haut, des passagers de première classe dans leurs grands restaurants, et en bas, les machinistes qui font fonctionner le paquebot. Il y a aussi nous, les journalistes et les humanitaires qui, de temps en temps, plongeons dans l’océan pour voir ce qu’il se passe sous la coque. Ce que nous voyons, c’est un monde à feu et à sang. Des embarcations de fortune qui prennent l’eau, des familles accrochées à un bout de bois flottant.
Nous remontons sur le Titanic avec nos témoignages, nos photographies et nos interviews, et nous alertons les passagers : « Attention ! Nous voguons sur un océan de feu et de sang. » Mais le bruit de la fête et du concert couvre nos cris. Pourtant, si nous crions, ce n’est pas seulement pour aider les gens d’en bas, mais pour prévenir les passagers que si nous continuons dans cette direction, le bateau-lui aussi va prendre feu et sombrer.

La crise du coronavirus, c’est un peu ce moment où l’on arrête le grand bruit de la fête pour méditer et écouter ce qui se passe dans le monde. Si chacun d’entre nous ne prend pas ce temps-là et s’en retourne à ses activités, nous courrons à la catastrophe.

 


Innocence blessée © Reza

“ Nous sommes aujourd’hui dans une guerre silencieuse contre un ennemi invisible.

 

Tu travailles beaucoup sur les questions de solidarité à l’international, en Afghanistan, en Iran, en Afrique, dans les camps de réfugiés dont on parle moins aujourd’hui. Si la crise a créé de nouvelles solidarités locales, ne nous renferme-t-elle pas aussi sur nos frontières ?

Ce que nous vivons maintenant, je l’ai déjà vécu depuis 40 ans dans les pays en guerre. A la différence que contrairement aux guerres conventionnelles marquées par le bruit assourdissant des engins de combat, nous sommes aujourd’hui dans une guerre silencieuse contre un ennemi invisible.

Dans ce genre de situation, l’individu a deux réactions. D’abord, se renfermer sur lui-même pour se protéger. Ensuite, et très vite, il forme des solidarités collectives avec ses voisins voire avec de parfaits inconnus.

A l’échelle internationale, nous sommes aujourd’hui dans la première phase de panique généralisée où l’on s’occupe de soi-même et de son entourage direct. Mais nous réalisons aussi que nous vivions jusqu’ici dans un système concurrentiel, individualiste et hypocrite, reposant sur des théories économiques, qui est finalement peu adapté à l’être humain. On commence à comprendre l’importance de l’humain et du collectif. Je crois donc que la solidarité internationale n’en sera que plus forte demain.

D’ailleurs, le confinement permet aussi le retour à la famille que les impératifs économiques et politiques avaient peu à peu effacé. Nous réalisons que, contrairement à ce que nous disent les théories néolibérales, la plus petite unité de la société n’est pas l’individu mais bien la famille.

 

“ Les artistes peuvent jouer un rôle important pour donner un sens à l’avenir.

 

Quel est le rôle des artistes dans cette période ?

La question m’évoque le souvenir d’une discussion avec Massoud, commandant de la résistance afghane durant la guerre d’Afghanistan. Nous parlions de poésie et de littérature et un supérieur était venu voir Massoud pour lui demander de se concentrer sur les urgences du moment. Ce dernier lui avait répondu : « Si on ne s’occupe pas de littérature, pourquoi fait-on la guerre ? ».

 


Massoud, guerrier de la paix © Reza

 

Je suis convaincu que les artistes peuvent jouer un rôle important pour donner un sens à l’avenir. Il nous faut créer des mouvements communautaires et des think tank d’artistes pour nous donner les moyens de continuer à travailler.
Pour les artistes, la crise en cours est aussi une opportunité pour faire évoluer nos pratiques. Pour nous demander comment les écrans et le numérique d’une part, et le local d’autre part, peuvent nous aider à répendre l’art partout. Pour nous aider à prendre de la hauteur par rapport à nos projets, à prendre plus de temps pour réfléchir à ce que nous faisons. Autrement, les peintres ne peindront plus que des bâtiments et les journalistes ne photographieront plus que des mariages.

 

Quels sont tes futurs désirables ?

Mon souhait le plus cher est que nous allions vers plus d’empathie et de solidarité.

 


Les enfants photographes © Reza

 

Découvrir les travaux de Reza.

Des écologues au sein des entreprises ?

Gilles Bœuf est un biologiste reconnu en France et à l’international, expert des sujets de biodiversité. Professeur à l’université Pierre-et-Marie-Curie, il fut président du Muséum national d’Histoire naturelle et professeur invité au Collège de France.

Comment vis-tu la période actuelle ?

Je suis révolté contre ceux qui me disent « on ne savait pas ». Nous observons depuis des années de plus en plus d’épidémies, liées à une maltraitance du vivant. Le coronavirus n’est ni une punition divine, ni une revanche de la nature. C’est une nouvelle alerte, et peut-être la dernière ! Ce qui est clair, c’est que si nous ne changeons pas, si nous repartons comme avant, nous nous dirigeons encore plus vite vers des problèmes gigantesques.

 

“ Nous avons beaucoup de mal avec la question du vivant car nous ne connaissons même pas les fondamentaux : nous sommes le vivant.

 

Comment mieux comprendre l’intrication entre les questions du vivant, climatiques et aujourd’hui sanitaires ?

Nous avons beaucoup de mal avec la question du vivant car nous ne connaissons même pas les fondamentaux : nous sommes le vivant, nous sommes consommateurs du vivant, nous sommes coopérateurs avec le vivant. Admettre déjà cela changera notre relation au vivant.

Le lien entre la question climatique, celle du vivant et les enjeux sanitaires, est que plus le climat change rapidement, plus les virus se développent près de zones habitées par les hommes et plus les risques d’épidémies augmentent.
Et non seulement le changement climatique affecte le vivant, mais le vivant, en s’adaptant aux changements, affecte aussi le climat. Si on coupe une forêt, on perturbe le cycle de l’eau et il n’y plus de pluie. Si on surpêche, l’océan n’est plus capable de stocker le CO2.

 

Nous sommes et allons être de plus en plus nombreux à vivre en ville. Crois-tu à une ville durable et respectueuse du vivant ?

J’ai envie d’y croire ! Il est clair que nous ne développerons pas demain à Paris une agriculture urbaine permettant l’autonomie alimentaire de la ville. Mais si nous visions déjà de combler 10% des besoins, les urbains verraient ce qu’est le vivant. Ils verraient par exemple que la tomate n’est pas là entre novembre et mai, ce qui nous permettrait de revenir à la saisonnalité.
Ensuite, il faut verticaliser la ville pour éviter au maximum l’artificialisation des sols. Sous quelles conditions ? Je suis sûr qu’en faisant collaborer des écologues et des architectes, nous trouverons des solutions.

 

“ Engager un écologue au sein de chaque entreprise.

 

Du côté des entreprises, on observe aussi une prise de conscience de l’impact environnemental des activités en termes d’émissions de CO2. Mais comment mesurer son impact sur la biodiversité ?

Le premier élément pour concilier activités économiques et biodiversité, c’est de s’intéresser à l’aménagement du foncier. Nombre d’entreprises ont l’opportunité de laisser des espaces sauvages.

Le problème avec les métriques de la biodiversité, c’est qu’elles sont infiniment plus compliquées qu’un calcul des émissions de C02. C’est un vrai problème pour nous écologues.
Il vaudrait mieux avoir une approche au cas par cas en engageant des écologues au sein de chaque entreprise. Ils aideraient par exemple à préserver certaines fonctionnalités essentielles du vivant en identifiant les keystone species qui, par la qualité, le nombre et l’importance des liens qu’elles entretiennent avec leur habitat et les autres espèces, organisent les écosystèmes et sont essentiels à leur fonctionnement.
Ces écologues auraient une fonction de conseil et aideraient les entreprises à appliquer au mieux la formule « Éviter, réduire, compenser » qui est aujourd’hui peu ou pas intégrée.

 

“ Il est essentiel de reconnaitre la valeur de la nature tout en évitant de lui donner un prix.

 

Es-tu partisan d’une comptabilité intégrant la dimension biodiversité ?

Il est essentiel de reconnaitre la valeur de la nature tout en évitant de lui donner un prix. Je m’insurge à l’idée qu’un thon rouge à une valeur nulle jusqu’au moment où il est pêché et vaut subitement un million d’euros. On ne peut pas continuer comme cela.
Ce que l’on peut mesurer par contre, c’est le coût de l’inaction, c’est-à-dire la valeur financière générée par les services écosystémiques rendus gratuitement par la nature, et que nous perdrons si nous laissons les écosystèmes mourir. Des travaux ont par exemple été fait sur le coût économique que représentera la destruction des forêts ou l’extinction des abeilles.

 

Quels sont tes futurs désirables ?

Je souhaite voir émerger une société de la sobriété, dans le sens où enfin, nous prendrons en considération des choses qui ne sont pas liées à l’argent. Et surtout une société de justice sociale, car sans justice sociale, nous n’arriverons à rien.

Responsibility, accountability and action to face climate issues

Michaela Korodimou is a PhD candidate under the FNRS FRESH funding scheme at the university of Liege. After a degree in Liberal Arts and Sciences, majoring in Anthropology and Development, Michaela went on to obtain an MSc in Environmental Change and Management from the School of Geography of the University of Oxford. Michaela’s interests come together at the intersection between climate change and migration. Initially working on a number of projects relating to climate change and indigenous knowledge for adaptation on the grassroots scale in East Africa and South America, she later delved into the field of disaster relief and migration, working in Greece as a field coordinator in refugee camps in the north of the country. 

 

What were the events or facts that led to your awareness on environmental issues? 

I was raised in the mountains of Parnassos national park, Greece. For the first years of my life we lived in a small cabin built by my grandfather and my parents. With no electricity and a trip to the well for water, the mountains and forest I lived alongside were both a playground, inspiration and teacher. These formative years were crucial in the ways in which I saw myself in the face of nature. I think we often see humans as separate to the natural world, for me it is less of a dichotomy, more an extension of self.

I believe that watching the changes in my mountains has been one of the most personal and motivating factors leading to me wanting to increase my knowledge and awareness and engagement in environmental changes. In noticing, I see the ways in which the snow falls differently (and unfortunately seemingly less predictably) each year, I see the rise in the summer rains and the land use shifting from untouched valley covered in wild purple flowers to an increasing number of rarely used second homes.

This way of engaging with the world, of feeling connected to all that is impacting and impacted by me, has placed me in a position to noticethe environment and the way it changes around me. I believe that when you feel connected to something, when you love it, you notice it. By noticing, for me, it is impossible to not care.

After this connection and this noticing, I would attribute my awareness of environmental issues to a combination of experience and inspiring educators.

I have been incredibly lucky to experience a large number of places and meet many wonderful people. The world has astonished me in its wildness, seeing the salmon swim miraculously upstream and the infinite vastness of the Amazon rainforest are awe inspiring. Yet, I have also seen the ways in which environmental changes are affecting people, making poor people poorer, uprooting lives and creating conflict. These experiences for me, all point to the same thing; a large majority of the world is living with the idea that they are separate from nature, that it can be conquered and manipulated. Yet, this hubris comes at a high cost.

The experiences where I have seen first-hand the ways in which we are having an impact have been the most motivating and have driven me to want to know more, in order to be able to act.

 

You often speak of environmental issues with a light tone, whereas the topic can appear to be quite distressing. According to you, is there a specific angle or message that should be highlighted when addressing these subjects to encourage people to take action? 

Environmental issues, are and should most certainly be, talked about seriously. We, as the international community, have a responsibility and duty to those suffering the most immediate effects of climate change and environmental change to not lessen the loss and pain which both people and environment are suffering.

It is of utmost importance that people realise and engage with immensity of what years of environmental destruction has done to the world we call home, and more importantly that people feel empowered to break out of the negative cycles we are in.

However, I do not think that the way to do that is through fear. Born in 1992, the year of the Rio Earth Summit which provoked international and mainstream discussion on climate change and environmental issues, I have been hearing about climate change all my life. Yet, often in ways that incite a sense of fear, of overwhelmingness, of disempowerment.

I speak to people in a seemingly light tone, with the hope that they are able to understand the facts, the urgency and the interconnectedness of issues, but to come out feeling empowered. When people are allowed the space to process what is happening without fear blinding them, without feeling dishevelled and overwhelmed, I believe that they can start to connect it to the places which they call home, the places they love. And once that love is in the picture – there’s no stopping them!

The specific angle we should be taking when speaking to people is that of connection. Whether we see it or not, we are all totally dependent on the planet and it’s wellbeing. Once we realise our connections, once we realise we are a part, not apart from the environment, then I believe we will be able to see more clearly how we have no option but to act.

 

The Atlas of Environmental Migrations, states that there are 3 times more climate refugees than war refugees today. Why hasn’t this been more mentioned in a political and media level? 

I think this has to do with a number of reasons.

First is the attribution question. It is relatively easy to see when there is war happening, environmental migration can happen for a number of reasons. Years of drought can lead to repeated crop failure, soil erosion, lack of drinking water, the list continues… Sea levels do not rise over night and suddenly sweep away a village – erosion is a constant companion, gnawing away at the foundations of homes and livelihoods. On top of that, people often move temporarily after an environmental hazard and then move back home again. Until one day, they can no longer move back. Yet it is difficult to really point directly to one cause that has meant they will not return.

With guns, with war, we often know (to a certain extent) who the different sides are. We know when they started bombing or shooting or persecuting people. With climate change, and environmental refugees, it’s much more difficult to point to a direct blame.

Secondly, I think it is a question of scale and geographical location. Environmental migration often happens nationally, and often the places feeling the effect of environmental change are in the global south. Unfortunately, unless they directly affect the global north, people will not be as much in the media spotlight.

Finally, this is so new to us. People have moved in response to the environment since time immemorial. Indigenous pastoralists shift seasonally with their livestock and people have always been moving to survive. Yet we have not really been faced so starkly with this issue of such large numbers of people potentially having to migrate forever as we are now. Talking about “climate refugees”, placing them on the political agenda and in the media spotlight means acknowledging them, and acknowledgement of an issue ensues responsibility and accountability to those people. Perhaps, it is because we are not ready to deal with such a large impact of climate change yet, perhaps it is because we don’t really know what to do.

 

What has your thesis on climate migration taught you on ways to protect climate refugees in the future? 

My thesis focuses specifically on the ways in which young (15-25 years old) displaced populations connect to the new places which they now call home. This is done with the idea of using their lived experience and understanding to design strategies to support future environmentally displaced populations.

I think one of the biggest things my research is showing me is to trust people. In trusting them, we are able to express their autonomy and have a say in the ways in which they will move and connect. We need to be listening to the needs of people instead of designing blanketing strategies for them which we copy and paste around the world.

This sounds logical and unsurprising of course, yet I believe that we too easily fall into the trap of repeating what we have done before and already know how to do. People have been taking in refugees for years, yet there are numerous flaws with the way in which the system is currently designed. Living and working in Greece with refugees in camps I see this all the time. We need to learn from our mistakes and use this as an opportunity to design better systems to support people.

Populations at risk of environmental change, who may have to engage in migration as an adaptation strategy know what is important to them. They know what they need, and what will best make them feel safe. Instead of assuming the needs of people, and designing relocation strategies for them, we need to take into account the autonomy, knowledge and needs of people and design those strategies with them.    

 

When dealing with this issue, in what ways can we get involved on an individual level? How can citizens and companies take action?  (Especially when living in an area that hasn’t yet been affected by climate change in an obvious way.)

I think involvement comes on a number of levels and is dictated by two things.

First it is about noticing and secondly it is about care. I hope that these things will lead to a feeling of responsibility, accountability and action.

In terms of noticing, I think this is important because once we notice and are aware of something, it is much more difficult to let it slip by. We often hear about “climate change”, it is a big bad thing that is happening high up in the atmosphere and melting the ice for the polar bears… But if we take it upon ourselves to learn more about what that really means, even for one small creature, or a specific place then it suddenly becomes a whole lot more real.

So to begin with, people can narrow it down and chose a focus. This can be as small as a specific species of plant or animal or fungi is affected by environmental changes. Very quickly it will begin to become evident that the web of interconnection is vaster than we can ever even begin to imagine.

Knowing in itself is not enough. We also need to engage the fundamental practice of empathy and extend our boundaries of care. By informing ourselves of the lives and experiences of others, and then by practicing a caring, further than we normally do, we begin to put into place the mechanisms for change.

Once we know and care about something, we can then begin to feel responsible and accountable. We can begin to look within ourselves and see what our capacities are to ensure the wellbeing of the things we care about. This can be on a variety of levels and it is up to the individual to decide how brave they can be, how much of a shift they can make in their own lives for something they love and care about, for the place they call home.

 

At ENGAGE, we enjoy imagining desirable futures. What would yours be?

My desirable future entails a world where educators are invested in and held as accountable as surgeons and doctors. If we can inspire and empower our children and people in general to realise that we are not separate from nature, that in impacting the planet they are impacting themselves and that wild places we see around us are to be loved not conquered and feared then I think we are heading in the right direction.

It is a world where we value and practice empathy as easily and often as breathing, it is engrained in our beings. Where people take time to notice one another, notice the world around them and imagine being in the place of the other.

Finally, it is a world where I can spend more time in the mountains, in the stillness of the pines reading infinite Isabel Allende books in my hammock!

Biodiversité : il est trop tard pour être pessimiste.

Gilles Bœuf est un biologiste reconnu en France et à l’international et expert des sujets de biodiversité. Professeur à l’université Pierre-et-Marie-Curie, il fut président du Muséum national d’Histoire naturelle et professeur invité au Collège de France.

 

A tes yeux, quelle est la situation de la biodiversité en France ?

La situation de la biodiversité en France n’est ni meilleure ni moins bonne qu’ailleurs. De manière générale, on observe en Europe un effondrement du vivant et de la biodiversité, et ce depuis le Moyen Age. A partir de l’invention de l’agriculture et de l’élevage, les peuples européens ont commencé à impacter leur environnement et la biodiversité, notamment avec la déforestation et la dissémination des espèces animales domestiques.
Malheureusement, notre impact sur la biodiversité s’est accéléré depuis les années 1950 avec le développement de l’usage intensif des engrais, insecticides et pesticides. On parle « d’accélération anthropocène ». Les insectes sont les plus concernés : en vingt-sept ans, les trois quarts des populations européennes ont disparu. Pour les oiseaux, c’est un tiers des populations européennes qui a disparu en quinze ans.

On dit qu’en France, la surface des forêts est actuellement en expansion. C’est faux ?

La taille des forêts augmente en effet mais en termes de biodiversité, les forêts sont considérablement moins riches.
En réalité, depuis les grandes déforestations du XIXe siècle, toutes les grandes forêts primaires françaises ont disparu, même si depuis, on a pu régénérer certaines zones bien protégées et ainsi créer de véritables hotspots de biodiversité.

Tu dresses un tableau assez noir et anxiogène de l’état de la biodiversité…

Je ne suis pas du tout collapsologue et je ne cherche pas à faire peur aux gens. J’enseigne en médicine, en agronomie et vétérinaire : je ne vais pas passer mon temps à dire que c’est foutu ! Mon travail est seulement d’exposer les faits aux gens.
Ce que je dis, c’est que nous avons pris un chemin, sinon angoissant, du moins préoccupant, et qu’il faut redresser la barre. Nous pouvons la redresser et il faut la redresser maintenant ! Nous n’avons pas le temps d’attendre une nouvelle génération.

Donc tout n’est pas foutu ?

Pas du tout. On me présente parfois comme un écologue optimiste, à tort ou à raison. En fait, pour moi, il est trop tard pour être pessimiste. D’un autre côté, il est vrai que les systèmes politiques ne prennent pas vraiment le pouls de la situation. Ils ne comprennent pas que si l’on passe à côté des défis du climat et de la biodiversité, on n’arrivera à rien d’autre.

Les écosystèmes peuvent-ils se régénérer ?

Les écosystèmes ont une résilience certaine qui leur permet de se régénérer. De ce point de vue, « l’effet réserve » fonctionne plutôt bien : dans une réserve, la diversité biologique et la quantité de biomasse est préservée, ce qui rend le milieu beaucoup plus résilient aux changements. Ce phénomène est d’autant plus visible dans les milieux marins. Dans les endroits où l’on a arrêté de pêcher, les écosystèmes peuvent se régénérer en 3 ans. C’est tout à fait extraordinaire !

Mais attention, on a beau parler sans arrêt de résilience, il ne faut pas oublier qu’il ne peut y avoir de résilience si l’écosystème est mort. En artificialisant les espaces, on a fragilisé voire complètement détruit des écosystèmes, ce qui pose un problème à la fois pour la biodiversité mais aussi pour nous autres, humains, qui dépendons entièrement des milieux naturels. Prenons l’exemple des fortes pluies saisonnières en France. Si elles causent aujourd’hui d’avantages de dégâts qu’auparavant, c’est non seulement à cause du changement climatique, mais aussi et surtout car les eaux ne peuvent plus s’infiltrer dans les sols que nous avons altérés et dégradés. Le drame, c’est que le changement climatique cache le problème de la destruction des écosystèmes qui est la première raison de l’effondrement du vivant.

Ce qu’il faut à tout prix éviter, c’est le « shift », c’est-à-dire le point de non-retour où un écosystème est tellement dégradé qu’il se transforme en un autre écosystème, moins riche en termes de biodiversité, et ce de manière définitive. Par exemple, sur le littoral atlantique français, la disparition d’espèces clés dans la chaîne alimentaire fait qu’on ne trouve aujourd’hui plus que des moules sur les rochers. Un autre défi auquel nous faisons face est celui des effets du changement climatique qui vont impacter les milieux protégés. Par exemple, dans les eaux atlantiques françaises, on observe que le plancton migre de quarante-sept kilomètres vers le Nord par an. Nous devons prendre acte de ces changements inéluctables et adapter nos méthodes de préservation.

En tant que citoyen, comment peut-on contribuer à la régénérescence des écosystèmes ?

Il faut que les citoyens prennent part au changement. Je crois beaucoup en la force du participatif : récolter des données, participer à leur exploitation, en discuter entre citoyens et agir.
D’abord, au niveau individuel et associatif, il faut participer au maximum à la prise de conscience, au partage de l’information et à la lutte contre tous les scepticismes. Ensuite, il faut contribuer aux effets réserves en luttant contre tous ceux qui veulent détruire les réserves, construire de nouvelles routes, lignes de TGV et aéroports partout. Le territoire est assez aménagé comme cela ! Dans les milieux agricoles, il faut se battre contre la monoculture et diffuser la polyculture. En ville, il faut se mobiliser pour favoriser la verticalité à l’étalement urbain. Tout le monde peut contribuer : rien qu’à Paris, on recense plus de mille espèces de plantes, soit un septième des espèces présentes en France. Du côté des entreprises, il faut explorer les pistes de la bio-inspiration et du biomimétisme et prendre conscience que le business est impossible dans un monde insoutenable.

Tu parles de biomimétisme et de bio-inspiration, c’est-à-dire s’inspirer de la nature pour développer de nouveau systèmes productifs. Cela peut-il contribuer à régénérer les écosystèmes ?

Il est possible répondre à nos problèmes par des solutions basées sur la nature. De manière plus fondamentale, il ne faut jamais faire de profit sur la destruction du capital naturel. J’ai beaucoup d’espoir de ce côté-là. Les dirigeants d’entreprises veulent être fiers de leurs boites. Les meilleurs d’entre eux ont compris qu’aujourd’hui, pour recruter et fidéliser des collaborateurs, il faut leur donner des activités qui ont du sens. Ce qui est alarmant, c’est qu’aujourd’hui, nos capacités de nuisances et de destruction des écosystèmes vont plus vite que notre prise de conscience.

Chez ENGAGE, on aime parler de futurs désirables. A quoi ressemblent les tiens ?

Pour moi, un futur désirable est d’abord un futur où l’on met fin à l’usage des pesticides et insecticides chimiques, ce qui est vraiment jouable. Un futur où l’on arrête de gaspiller, de polluer et de détruire.