Articles

Solenne Roland-Riché : L’importance de la discipline positive

Solenne Roland-Riché, spécialiste de la discipline positive et intervenante curatrice du module « Développer une communication et un leadership positif » de l’ENGAGE University, nous parle de l’importance de la discipline positive.

ENGAGE : Qu’est ce qu’un leader pour le 21e siècle ?
Solenne Roland-Riché : « Il est plus facile de se battre pour ses idées que de les incarner », Alfred Adler. Un homme ou une femme ​qui met son énergie à incarner dans chacun de ses gestes les valeurs qu’il prône en ayant conscience que l’exemplarité n’est plus une question de valeur mais une question d’efficacité s’il veut motiver et impliquer ses équipes. Une femme ou un homme qui voit les forces de ses interlocuteurs avant de voir leurs défauts. Ils arrivent ainsi à mieux encourager et à faire sortir le meilleur de chaque individu. Une personne qui ne lâche pas l’exigence au profit de la bienveillance et qui ne lâche pas la bienveillance au profit de l’exigence. Ce délicat équilibre est pour moi la clé du succès collectif comme du succès individuel.

Quelle qualité se doit-il de développer ?
​Il doit mettre son énergie à développer son intelligence de coeur. C’est-à-dire ? A quel point est-il capable d’accueillir ses émotions et de les gérer de façon constructive (sans attaquer l’autre ​ou se justifier) ? A quel point comprend-il la perception de ses interlocuteurs et sait-il créer les conditions d’une communication respectueuse et constructive ? etc. Il doit s’efforcer de repérer quand il est en « mode recherche de coupables » (et tourné alors vers le passé) pour switcher en « mode recherche de solutions » (tourné davantage vers le futur). Il doit savoir faire de ses erreurs (les siennes mais aussi celles des autres) des opportunités.

Qu’est ce que la discipline positive ?
La discipline positive est une approche d’abord éducative, et aujourd’hui managériale, pour donner des outils concrets afin d’atteindre les objectifs décrits juste avant. Elle permet de ​développer chez nous et au sein de nos équipes les compétences​ socio émotionnelles indispensables au succès professionnel et personnel, et répondre aux défis du 21e siècle : créativité, persévérance, capacité à s’adapter, autonomie, capacité à communiquer de façon respectueuse, implication​​.​..

En quoi est-elle un rouage essentiel du changement sociétal ?
Elle donne des outils concrets pour permettre aux individus et aux groupes auxquels ils appartiennent (association, entreprise, communauté de voisinage…) ​les moyens d’atteindre les objectifs du groupe, sans sacrifier le bien-être des individus. Par exemple, grâce aux neurosciences, nous savons que l’encouragement est plus efficace que la critique pour le changement véritable, mais rare sont les personnes à savoir le faire (notamment quand il y a des tensions). Bien peu de leaders aujourd’hui connaissent la différence entre le compliment et l’encouragement. Pourtant, il est considérable : l’un développe la coopération quand l’autre aiguise la compétition…

La diversité rend plus intelligent : la preuve

« Notre étude le prouve : la diversité enrichit notre pensée. En jouant contre la propension naturelle au conformisme, la diversité ethnique pousse en effet les individus à examiner les faits, à penser plus en profondeur et à développer leur propre opinion. Les résultats de l’étude montrent, au final, que la diversité profite à tous : aux minorités comme à la majorité. »

Sheen S. Levine et David Stark, enseignants-chercheurs à l’Université du Texas et à Columbia, ont mené une étude dont les résultats sont édifiants et parleront beaucoup à une France qu’on décrit de plus en plus souvent – élections à l’appui – comme tentée par le repli sur soi : la diversité « ethnique » rend tout le monde plus intelligent.

L’explication est simple : la diversité met à mal le conformisme, qui représente la défaite de la pensée – pour reprendre le titre d’un célèbre ouvrage d’Alain Finkielkraut… Plus précisément :

« Quand nous sommes entourés de gens « comme nous », nous sommes aisément influencés, nous pouvons plus facilement tomber dans le piège d’idées fausses. A l’inverse, la diversité permet de faire progresser l’esprit critique de chacun. Car elle amène de la « friction cognitive » qui améliore la délibération ».

Face à la tentation du repli sur soi et du communautarisme « chacun dans son coin », ne devrions-nous pas nous battre pour porter des projets radicaux en faveur de la mixité sociale, culturelle et ethnique à l’école ? Faut-il relancer le débat sur la discrimination positive et soutenir des actions en ce sens ?  L’interdisciplinarité n’est-elle pas plus que jamais nécessaire ?

Pour ceux qui ne voudraient pas cliquer, morceaux choisis de l’article du New York Times :

« To study the effects of ethnic and racial diversity, we conducted a series of experiments in which participants competed in groups to find accurate answers to problems. In a situation much like a classroom, we started by presenting each participant individually with information and a task: to calculate accurate prices for simulated stocks. (…) The findings were striking. When participants were in diverse company, their answers were 58 percent more accurate. The prices they chose were much closer to the true values of the stocks. As they spent time interacting in diverse groups, their performance improved.

In homogeneous groups, whether in the United States or in Asia, the opposite happened. When surrounded by others of the same ethnicity or race, participants were more likely to copy others, in the wrong direction. Mistakes spread as participants seemingly put undue trust in others’ answers, mindlessly imitating them. In the diverse groups, across ethnicities and locales, participants were more likely to distinguish between wrong and accurate answers. Diversity brought cognitive friction that enhanced deliberation.

(…) When surrounded by people “like ourselves,” we are easily influenced, more likely to fall for wrong ideas. Diversity prompts better, critical thinking. It contributes to error detection. It keeps us from drifting toward miscalculation.

Our findings suggest that racial and ethnic diversity matter for learning, the core purpose of a university. Increasing diversity is not only a way to let the historically disadvantaged into college, but also to promote sharper thinking for everyone. (…)

Ethnic diversity is like fresh air: It benefits everybody who experiences it. By disrupting conformity it produces a public good. To step back from the goal of diverse classrooms would deprive all students, regardless of their racial or ethnic background, of the opportunity to benefit from the improved cognitive performance that diversity promotes. »

 

Image de Une : capture du site du projet « 7 milliards d’autres » de la Fondation GoodPlanet de Yann Arthus-Bertrand.