Articles

Guy-Philippe Goldstein : le défi éthique

Pourquoi l’éthique est-elle si fondamentale aujourd’hui?
Je commencerai par donner une vision personnelle de l’éthique : celle d’une approche qui se fonde dans la pensée de John Stuart Mill, et qui cherche à déterminer les impacts des actions de chacun pour le bien commun, au-delà de tout a-priori moralisant (les économistes parleraient d’externalités positives ou négatives).

Cette éthique est fondamentale aujourd’hui car la main de l’homme accélère la transformation de son environnement écologique ou social. Et nous risquons de détruire de manière catastrophique et rapide ce bien commun si, justement, nous ne nous posons pas la question éthique à chaque fois que nous agissons. Pour dire les choses de manière simple, c’est une question de survie. Elle est aujourd’hui portée directement par les fonds de pensions qui investissent sur les durées longues lorsqu’ils portent les futurs retraites des employés publics ou privés. Or, c’est dans ces durées longues qu’ils observent désormais les impacts catastrophiques sur le bien commun – et par construction, le marché ! – qu’il s’agisse de l’augmentation de catastrophes naturelles avec le risque environnementale, ou même le surgissement du risque politique, jusque là limité aux pays émergents et qui atteint les pays avancés via l’irruption des colères populistes. En parallèle, une nouvelle classe de la population, les moins de 25 ans, ceux qui ont compris que les générations du Baby boom étaient en train de détruire leur propre futur, sont réellement entrés en révolte. Et à la différence des générations du Baby boom qui s’étaient lancés dans des combats idéologiques qui parfois leur faisaient côtoyer en réalité les pires totalitarismes, les moins de 25 ans, et en particulier les femmes, exigent d’elles/d’eux une action concrète, pratique, et souvent ancrés dans de nouveaux modes de consommation. Elles/Ils sont les vrais adultes en réalité, auprès desquels les plus âgés, dont je fais parti, devraient apprendre.

Est-ce un chemin individuel ou collectif?
Les deux, car certains enjeux passent par une action individuelle (par exemple les choix de consommation); d’autres par des formes collectives qui peuvent aller de l’association, ou du travail en entreprise repensé dans un cadre éthique, à l’action politique – nécessaire quand il s’agit de penser la réglementation ou de peser sur les choix d’équipements collectifs. Ce dernier point est particulièrement vrai pour les questions énergétiques fondamentales que pose le dérèglement climatique.

On sent que les entreprises – certaines entreprises – sont à un tournant; comment les mener vers l’étique, vers ce chemin de l’éthique?
Il est important que la gouvernance de l’entreprise comprenne ce tournant – ne serait-ce que parce que c’est celui que prend aujourd’hui de nombreux fonds de pensions, et les clients les plus jeunes qui constituent la base de clientèle de demain. On pourrait aussi parler des jeunes talents d’aujourd’hui qui constituent un autre moyen de pression sur l’entreprise. Pour les mener ensuite à l’éthique, il me semble qu’il faut à la fois développer des principes simples et une évaluation objective de la démarche, évoluant dans le temps, et communicable à tous, parties prenantes internes mais aussi externes; et surtout libérer la parole et la créativité de l’ensemble des collaborateurs afin d’accélérer cette transition éthique qui ne peut fonctionner que si elle est portée par chacun. Ce mouvement n’a de sens qui si tous agissent de concert, tout autant acteur et responsable de cette transformation.

Cette ambition, souhaitable, est-elle compatible avec les impératifs de marché, de rentabilité?
Très précisément. Il y a désormais, comme je le disais plus haut, une pression nouvelle des investisseurs de long terme ainsi que des jeunes consommateurs ou du jeune talent. Certes l’entreprise à très court terme pourrait être légèrement moins performante, en raisons de nouveaux investissement et modes d’actions; mais à moyen ou long terme, elle sera plus résiliente et plus en phase précisément avec son marché. Il ne s’agit pas d’un coût mais d’un investissement.

Toi qui travailles beaucoup sur l’imaginaire et la prospective, quels sont tes futurs désirables?
En relisant la préface de Huxley à son célèbre roman de science fiction « Le Meilleur des Mondes », préface écrite 25 ans après la première édition, je suis tombée à ma grande surprise sur une vision proche de la mienne : celle d’un monde assez égalitaire tout en laissant libre cours aux aspirations de chacun. Où chacun est considéré avec l’exact même statut. Où chacun est tourné vers l’amélioration du bien commun et partage ses idées nées dans l’imagination et la raison critique, soutenues par de nouveaux outils d’explorations qui les rendent à la fois plus vastes et plus collectives. Un monde de vérité et de paix, bien sûr, où la civilisation pourra prospérer. Un monde d’artistes et de scientifiques, où chacun est aussi un peu juge et chacun a dirigé, dirige ou va diriger un projet temporaire. Ce monde-là est peut être plus proche qu’on ne le pense.

En quelques jours | Lire le dernier livre de Guy-Philippe Goldstein – 7 jours avant la nuit

En plusieurs heures ou plusieurs jours | s’engager dans un Défi ENGAGE

Emmanuel Delannoy : faire rentrer l’économie dans la biodiversité

Emmanuel Delannoy travaille sur le lien entre l’économie et l’écologie. Son ambition : remettre l’économie et les organisations au service de la biodiversité. Il est consultant associé chez Pikaia.

Emmanuel, tu travailles sur le lien entre l’économie et l’écologie, comment décrirais-tu plus précisément ton activité ?

La vision qui porte l’ensemble de mes activités, au sein de la société Pikaia, c’est que ce n’est pas la biodiversité qu’il faut faire rentrer dans l’économie, mais bien l’économie qu’il faut faire rentrer dans la biodiversité. Autrement dit, rendre compatible nos modes de production de richesses avec les capacités et la dynamique des systèmes vivants. Pour cela, nous avons besoin de travailler sur deux fronts : d’une part, réduire drastiquement l’impact des activités économiques sur la biosphère, notamment par la transformation de nos modes de production et des modèles économiques, et d’autre part, réinvestir dans le capital naturel, ce socle de la création de toute valeur, en préservant, et en restaurant si nécessaire, les fonctionnalités et les capacités d’adaptation et d’évolution des écosystèmes. Ce qui est intéressant, et parfois surprenant, c’est qu’en travaillant sur ces deux leviers, on peut agir à la fois sur la performance globale de l’entreprise, mais aussi sur sa capacité d’innovation et d’adaptation au changement, et donc sa résilience.

La transformation que tu évoques n’implique-elle pas de revoir assez fondamentalement la façon dont les entreprises sont organisées mais aussi leur mission même ?

Oui, fondamentalement, il s’agit d’une véritable métamorphose pour les entreprises. Progressivement, à partir d’une impulsion initiale, tout peut être amené à changer : l’organisation, la gouvernance, la relation client, les compétences, les relations avec les fournisseurs et les partenaires financiers, ou encore avec les institutions, sans oublier, bien sûr, les process, les produits, la façon dont la valeur est délivrée pour le client et le modèle économique. Cette métamorphose, pour être plénement réussie, implique de réinterroger la « raison d’être de l’entreprise », autrement dit, l’intention créatrice qui a précédé sa création. Une entreprise, c’est la mise en commun de moyens, financiers, techniques et aussi humains, au service d’un projet. Pour que ça marche, il faut que cette intention rencontre une demande solvable. Mais cette demande peut évoluer avec le temps et le contexte. Aujourd’hui, les grandes transformations du monde invitent à se poser la question de la « mission » de l’entreprise, c’est-à-dire des enjeux auxquels elle décide de se confronter et des besoins auxquels elle va contribuer à répondre.

Quels changements évoquerais-tu en priorité ? Méthode de production, gestion des hommes, etc.

Il n’y a pas de réponse absolue et unique à cette question. En fait, n’importe quel point d’entrée peut-être le bon, à condition qu’on ait pris le temps de construire une vision cohérente et un cheminement qui permettra d’atteindre l’objectif. Ce serait donc par là qu’il faudrait commencer : réinterroger les valeurs fondamentales de l’entreprise, sa raison d’être, et son « futur souhaité », autrement dit ce moment clé, plus ou moins éloigné, où ses objectifs stratégiques pourront converger avec le respect de principes forts de durabilité. Dit autrement, il s’agit de construire une sorte de « boussole stratégique » qui permettra de concevoir le plan d’action le plus adapté à l’entreprise, à sa situation et à ses ambitions, et de guider les personnes concernées par sa mise en œuvre.

Tu travailles aussi avec des territoires, les problématiques sont-elles différentes ? 

Pour les territoires, les enjeux sont globalement de trouver ce chemin étroit qui permettra de concilier bien-être humain et respect de la capacité des écosystèmes. Ces chemins existent, mais ils sont spécifiques pour chaque territoire. Aucune recette générale ne peut être simplement « copiée / collée » depuis un autre territoire. Par contre, les approches méthodologiques existent, elles ont pu être testées et éprouvées. Chez Pikaia, nous parlons de biomimétisme territorial ou encore de permaéconomie. Après tout, chaque territoire est un écosystème complexe dans lequel des acteurs, économiques, institutionnels et citoyens coévoluent et interragissent avec leur environnement. Ce sont ces dynamiques complexes d’interactions que le « macroscope » de l’écologie et de la systémique nous permettent de mieux comprendre.

Sens-tu aujourd’hui une évolution sur le regard que portent les organisations ou les territoires sur ces approches innovantes ?

Oui. De manière très inégale encore, mais clairement oui, le regard, tant de la part des institutions, des collectivités territoriales que des entreprises, des TPE aux grands groupes, évoluent. Mais, alors que certains prennent une avance considérable et saisissent les nouvelles opportunités, d’autres se réfugient dans le déni. Un écart important est en train de se creuser entre les plus agiles, les plus innovants, les plus conscients des défis peut-être. Il est alors de la responsabilité des territoires et des institutions de faire en sorte que toutes les entreprises soient en mesure de s’adapter à ces changement et mettent en œuvre de nouvelles approches de l’innovation.

Il est temps de passer à 2019; que nous souhaiterais-tu pour l’année qui vient ?

Mon vœux le plus cher est que cette année soit celle de l’apaisement et de l’éveil d’un regard lucide sur les changements inévitables. Il est essentiel que chacun puisse mettre son imagination, son énergie et son engagement, à son niveau et avec ses moyens, au service de cette métamorphose qui peut encore être, malgré les difficultés et l’ampleur des défis à relever, une formidable opportunité de rendre notre société plus fraternelle, plus accueillante et plus ouverte à toutes les diversités.

POUR APPROFONDIR

En 14 minutes | Regarder le Ted X d’Emmanuel Delannoy

En 2 jours | Suivre le parcours d’apprentissage-action « Repenser la terre et ses ressources » de l’ENGAGE University

POUR AGIR

En quelques cliques | Télécharger le Kit climat pour sensibiliser ses proches aux enjeux de notre espèce.

En 3 heures | Participer au Débat-Action du 15 janvier : Replacer l’économie au service du vivant

Olivier Michelet : le temps de l’intuition et des utopies

Olivier Michelet, sociologue, travaille sur les grandes évolutions sociologiques et a fondé Sens&Signes il y a 15 ans. Facilitateur en process d’innovation et conférencier, il développe différents outils de prospective pour de grandes entreprises ou instituts d’études. Passionné par les utopies et la place de l’intuition dans nos sociétés, il intervient à l’ENGAGE University au sein du programme Transformation.

– En tant que sociologue, comment analyses-tu les ressorts de la crise que traverse notre société ? 

Bien que beaucoup ait déjà été dit à propos des gilets jaunes, difficile de s’en décentrer complètement pour répondre à cette question.

Certes, il est facile de donner le tiercé gagnant après la course, néanmoins, force est de reconnaître que cette crise (que l’on peut, d’ores et déjà évaluer comme une crise majeure de société) était tout à fait prévisible. Principaux signes avant-coureurs ?

Dans la forme, les mouvements Nuit debout et zadistes, qui, au-delà de leurs spécificités auguraient, à leur manière, de nouvelles formes de mobilisation (spontanéité, authenticité, refus d’organisation, de médiatisation et de personnalisation…) et dont il était illusoire de penser que répression vaudrait résolution. Au final, les leaders auto-désignés du mouvement ont réussi à faire la preuve, au-delà de leur maîtrise dialectique incontestable, d’une nouvelle façon de parler la politique, rendant définitivement inaudibles les registres convenus de la classe politique en place, que l’on avait pourtant cru un temps rénovés.

Et, dans le fond, on a été tenté de limiter d’abord, les causes de mécontentement à un simple problème de fiscalité, cédant à la tendance actuelle à assimiler politique et expertise comptable. Peu à peu, le discours du mouvement s’est structuré, refusant le piège de l’opposition binaire : problématiques environnementales-économiques (d’après la fameuse expression de Nicolas Hulot, « concilier fin du mois et fin du monde »), pour « s’idéologiser » autour de la convergence des symptômes : crise environnementale, crise du système néo-libéral et crise de la démocratie. Cette inflexion a contribué à assurer la sympathie du mouvement dans l’opinion publique et à préparer le terrain d’une possible coagulation des revendications.

– Tu travailles beaucoup sur les utopies, la société actuelle en manque-t-elle ?

Je ne parlerai pas de manque mais d’aversion immédiate et spontanée à l’utopie : aujourd’hui, évoquer l’utopie et à fortiori se réclamer de la longue et riche tradition du courant utopiste (profondément ancré dans la culture française) apparaît incongru, pour ne pas dire totalement disqualifiant, tant ses valeurs se situent en complet décalage avec les valeurs dominantes de notre époque et le nouveau credo : pragmatisme, efficacité, rationalité, rentabilité…

Le mot lui-même pâtit d’un incroyable glissement sémantique, qui l’assimile désormais à de la « rêverie irréaliste, irréalisable », voire irresponsable !

Pourtant, si l’on remonte aux origines, Thomas More, inventeur du mot « utopie » et initiateur du courant utopiste moderne, fut chancelier d’Angleterre et donc, pas seulement un doux rêveur, naïf et déconnecté des réalités de son temps. Plus près de nous, le courant scientiste du XIXème siècle qui a soutenu l’accession de la France à la modernité, son développement industriel et la période des grands travaux d’infrastructure était profondément imprégné des idées de l’utopiste Saint-Simon, elle-même en lien avec les valeurs de progrès du « Siècle des Lumières ».

Récemment, l’utopie fut aux sources du développement d’Internet et Internet, lui-même est aussi source d’utopies (Wikipédia, crowfounding, civic techs…). Enfin, notre époque « disruptive » et en quête de transformation foisonne de réalisations concrètes d’inspiration clairement utopique, que nous ne savons pas toujours discerner.

Nicolas Hulot concluait son récent passage à « l’Emission politique » par ces mots « Le temps de l’utopie est décrété ! »

– Comment finalement ré-enchanter notre avenir ? L’imagination, l’intuition, semblent centrales dans ton discours. 

Quand on me parle d’avenir, je réponds présentisme : notre rapport au temps est de plus en plus inscrit dans un présent indépassable. Pour le dire vite, dans les sociétés traditionnelles basées sur la transmission par les anciens, c’est le passé qui était valorisé, le futur n’étant envisagé que comme répétition programmée du passé. Dans les sociétés modernes, alors animées par les valeurs de progrès, c’est le futur qui devient porteur de tous les espoirs, le passé obscur et obscurantiste étant à dépasser. Après les cataclysmes du XX ième siècle (guerres mondiales, Shoa, périls atomiques et désormais, impasse environnementale…) les valeurs de progrès ce sont effondrées, ouvrant sur ce que certains ont appelé la post-modernité. Enfin, après la Chute du Mur, on s’est mis à croire à une « fin de l’histoire », marquée par une suprématie indépassable du modèle de démocratie libérale (démocratie + néo-libéralisme).

Quoi qu’il en soit, après société de consommation ou autre société de communication, il semble bien que nous soyons désormais dans la société de l’innovation : nous vivons désormais dans un présent éternel, rythmé par une profusion quotidienne d’innovations technologiques disparates. L’innovation s’avère fortement addictive, mais ne suffit pas à projeter un avenir désirable, ni même porteur de sens. Et récemment les thèses de la collapsologie viennent encore affecter toute possibilité de projection dans le futur. Le progrès est mort, le futur ne vaut guère mieux, place désormais aux utopies concrètes d’aujourd’hui et peut-être, d’après !

– Quelles lectures nous conseillerais-tu, pour nous aider à déchiffrer cette grande complexité ?

Je me dois de citer mes sources : « Présentisme et rapports d’historicité » de François Hartog, qui sous-tend ma réponse précédente. Autre inspiration, Christopher Lasch et notamment son ouvrage prémonitoire : « La culture du narcissisme », datant de 1979 ! Enfin, le récent livre « Happycratie » de Eva Illouz et Edgar Cabanas, qui revisite le courant de la psychologie positive, dont on découvre avec le recul, l’effet lénifiant, anesthésiant, voire carrément aliénant.

– Des raisons de garder vivace en nous l’envie d’agir ?

Le thème de l’intuition que j’ai commencé d’approfondir récemment (et dont je suis loin d’avoir fait le tour !) et qui me passionne par la perspective ouverte sur le développement d’un potentiel individuel jusqu’ici largement sous-exploité. Face au danger annoncé de l’I.A., il se pourrait bien que les facultés intuitives constituent le dernier périmètre de résistance de l’humain, face à la prolifération technologique.

Enfin, j’ai tendance à voir notre époque actuelle, de remise en question profonde et essentielle, comme une répétition de la révolution de 68, qui avaient alors révélé de façon incontestablement prémonitoire tant des problématiques  actuelles. Alors, est-ce un effet d’âge ? A travers ceux que j’ai la chance de côtoyer, je fonde une grande confiance dans cette jeune génération (la génération Y, pourtant si souvent décriée), pour réussir, quand leurs aînés ont échoué à concrétiser durablement l’ensemble des aspirations et les utopies, qui avaient alors émergées.

POUR APPROFONDIR

En 1 jour | Lire Happycratie : comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies

En 3 jours | Lire Les Utopies réalistes  de Rutger Bergman

POUR AGIR

En quelques heures | Visiter l’écosystème Darwin à Bordeaux

En 10 jours | Suivre le programme Transformation de l’ENGAGE University

 

Tech For Good… or die

Les technologies digitales sont à un tournant. Parce que prises dans leur ensemble, elles constituent un nouveau système d’information, aujourd’hui totalement dominant – elles sont capables de changer notre perception du monde et donc notre manière d’agir sur celui-ci. Sans prise de conscience de leur impact profond sur nos biens communs, laissé au jeu de tel ou tel « cavalier solitaire », alors c’est l’équilibre de nations toutes entières qui peut basculer. La campagne électorale américaine de 2016 et l’influence des fake news et de la manipulation de cette émotion particulière qu’est la peur, amplifiée par les réseaux sociaux, en est un exemple édifiant.

Mais il y a dans la constitution même de ces nouvelles technologies un contre-poison qui doit permettre de stopper les influences pernicieuses d’acteurs, soit à la rationalité économique limitée, soit animés d’une volonté de subversion politique et d’affaiblissement de nos nations.

Ce contre-poison, il est dans la logique digitale elle-même. Celle-ci trouve la valeur dans l’information la plus pertinente qui permet la meilleure décision. Elle se fabrique dans la mesure des phénomènes – qui est le sens  véritable de ce mot de data, big ou smart, qui ne se révèle que dans la transparence la plus grande. Elle se cherche dans l’exercice de l’expérimentation d’hypothèses commerciales, ce que l’on appelle dans les écosystèmes le « learn startup » – mais qui n’est pas autre chose qu’une réactualisation de la méthode scientifique expérimentale. Elle ne se vit que dans le schéma d’un réseau, tissé d’interdépendances, de respect pour chaque unité – même s’il ne crée qu’un lien faible ; et dans une logique toujours plus grande d’un « petit monde » où chacun n’est jamais qu’à deux ou trois jets de pierre de l’autre, quel qu’il soit. Cette société à la recherche permanente de la vérité est peut-être ce qui nous attend au bout de notre transformation digitale, nouvelle incarnation possible de l’Open Society de Karl Popper.

C’est ce chemin vers cette nouvelle société, et ses modes d’actions, que nous essayons d’emprunter dans la formation Innover vers une technologie humaniste.

Pour aller plus loin :
• sur l’innovation technologique : le site internetactu
• sur philosophie et numérique : le podcast Penser le numérique
• sur l’humanisme numérique : le podcast Pour un humanisme numérique
• sur le RGPD : la vidéo Comprendre le RGPD en 5 questions
• sur la cybersécurité : le TEDX de Guy-Philippe Goldstein

Walter Baets : L’apprentissage au 21e siècle

Walter Baets est Dean de thecamp, partenaire d’Engage, lieu dédié à la technologie et à l’innovation sociale. Il revient sur le lifelong learning et sur l’apprentissage au 21ème siècle.

Quel est votre rôle au sein de thecamp?
Je suis le « dean » (doyen) de thecamp, responsable de l’approche pédagogique, des activités académiques et de la ligne éditoriale. Mon expérience internationale induit également un rôle dans le développement international de thecamp, au travers de la recherche de partenaires académiques et entreprises notamment.
Pourquoi avez-vous rejoint cette initiative?
C’est un projet unique, avec des valeurs, une mission et une ambition qui résonnent avec les miennes. J’ai travaillé dans beaucoup de business schools, à des postes de responsabilité, mais j’ai toujours ressenti des limites dans mon autonomie, par la législation, les accréditations, les rankings, etc. Ici, j’anticipe de pouvoir enfin réaliser ce que j’ai toujours voulu faire.  
Comment définiriez-vous le rôle de l’éducation au 21ème siècle? Et ses principaux enjeux?
L’éducation est toujours la priorité numéro un d’une société. L’égalité des chances, l’inclusion ne peuvent être recherchées qu’avec un niveau d’éducation minimal.
Malheureusement, notre système éducatif, surtout en France, est tout à fait inadéquat, dès le primaire.
On fait fausse route car on ne pousse pas les capacités d’innovation, de responsabilité, de créativité. Il donc faut sérieusement repenser notre système éducatif, le transformer en un système d’apprentissage et non d’enseignement. Développer le sens de l’initiative, la diversité des activités, la pensée critique, le travail en groupe, l’utilisation de nouvelles ressources disponibles (numérique). Arrêter d’enseigner pour créer les conditions de l’apprentissage.
A l’heure de la complexité, l’éducation figure comme l’outil majeur pour éviter que nos sociétés ne se disloquent. Comment favoriser l’éducation continue et surtout peut-être l’éducation continue pour tous?
Il faut innover radicalement, rendre l’éducation plus modulaire, intégrée dans les activités quotidiennes. En matière professionnelle, le Workplace learning, par exemple, doit devenir standard. La gestion des connaissances et l’apprentissage sont deux côtés de la même pièce.
On parle de Mooc, de société apprenante, quels rôles vont jouer les technologues et l’IA dans le futur de l’éducation?
Le MOOC, pour moi, est un mauvais exemple. Le MOOC ne fait rien d’autre qu’automatiser ce qui ne fonctionne déjà pas dans l’éducation classique. Comme je disais, il faut se concentrer beaucoup plus sur la gestion des connaissances, comme base de l’apprentissage. C’est là que les technologies et l’IA peuvent faire des merveilles. La mise a disposition de connaissances, la possibilité offerte de rechercher par des voies sémantiques ; la création de learning paths automatiques à partir de bases de connaissances. Il faut utiliser l’IA comme support de notre apprentissage ‘humain’ classique, et alors nous ferons des merveilles.
Le futur de l’éducation en un mot ou une phrase?
Learning by doing, learning while doing, learning with a purpose.

Le Club des Créateurs Contributifs

Un vent se lève. Depuis quelques années déjà, ou peut-être depuis toujours, mais aujourd’hui entretenu par des milliers de petites éoliennes personnelles qui agitent leurs pales dans le même sens. Un vent porteur, alimenté par tous, entrepreneurs, artistes, scientifiques, agitateurs, penseurs. Ceux qui appellent la naissance d’une nouvelle société, mais plus encore, la construisent pas à pas.

L’heure n’est plus en effet à l’incantation, à l’espoir, mais à l’action. Une action gaie, créative, qui invente chaque jour des solutions, des réponses nouvelles à nos blocages. Des contributeurs, simplement animés par la volonté de s’engager vers une société meilleure, plus juste, les créateurs contributifs.

On a beaucoup parlé des créatifs culturels, identifiés par Paul Ray et Sherry Anderson, qui représenteraient aujourd’hui 34% des nord-américains et 17% des européens. Disons que les créateurs contributifs sont leurs descendants naturels, plus profondément convaincus et donc plus engagés.

Que font-ils au juste ?

Ils créent des entreprises plus responsables, plus justes, plaçant la contribution sociétale au cœur de leurs missions. Les exemples sont légions, dans l’éducation Coursera ou Living School, dans l’énergie Sun Partner, dans l’environnement Pur Projet, quelque soit le modèle d’entreprise ou sa taille.

Ils insufflent dans l’entreprise d’autres valeurs, appliquent de nouveaux modèles d’organisation et de management, repensent les produits, le rapport au consommateur, etc.

Ils impliquent les populations dans l’acte créatif, repensent la médiation culturelle en s’approchant des territoires : MUMOEl Sistema.

Peu importe leur discipline ou leur secteur, car les nouvelles réponses appellent souvent des croisements féconds. Peu importe que nous entendions la création au sens entrepreneurial ou artistique, car l’esthétique et l’éthique semblent indissociables dans cette quête du bon, du beau et du vrai. Pour rendre les organisations éthiques, il ne faut pas inculquer des normes sociales, mais aider les personnes à découvrir par elles-mêmes la réalité du bien, du beau et du vrai –  Platon.

Evidemment, les cassandres ne pourront s’empêcher de souligner les manques et contradictions de ces acteurs de l’économie nouvelle, créative, positive, peu importe son appellation. Comment créer de la valeur si l’on se contente d’échanger des produits ? Ceux qui partagent ou louent leur voiture soutiennent-ils l’industrie automobile, et déclarent-il ces nouvelles sources de revenus ? Combien cette nouvelle économie crée-t-elle d’emplois ? Quel est son potentiel par rapport à notre économie industrielle passée ?

Qu’allons-nous peser en comparaison des pays qui ne se posent pas ce type de questions et produisent, achètent, commercent, quitte à polluer, quitte à maltraiter, quitte à…

Nous ne sommes pas ici en train de théoriser un nouveau modèle, mais de contribuer, décidément, à la naissance d’un mouvement, d’une dynamique. Faisons confiance justement à l’homme pour s’adapter, pour trouver une cohérence, et valoriser cette économie encore naissante. Regardons vers demain.

Et il n’est pas question de faire l’aumône, de tendre la main et d’attendre que les défenseurs d’un modèle passé nous jettent quelques pièces dont nous ne saurions que faire. Non, qu’ils s’inspirent, reprennent ces idées novatrices, pour le bien de tous, elles n’appartiennent à personne. Le temps est à la concertation, à la recherche de voies nouvelles, collaboratives justement. Les cassandres sont, tous, les bienvenus.

Ne sont-ils pas finalement des êtres sensibles et plus profondément blessés encore ? Ne se sont-ils pas patiemment construit une carapace et cousu des œillères, pour ne rien ressentir et ne rien voir. Peuvent-ils longtemps se tromper eux-mêmes ? Je ne le crois pas, le mal est là, qui brûle, au creux du ventre. La schizophrénie ne tient qu’un moment, avant que l’apparition de l’ulcère, attisé par le cynisme et l’auto-tromperie, ne révèle la vérité au grand jour. Il suffit peut-être alors de sortir du bois, de faire son coming-out contributif. Le monde du beau, du bon et du vrai leur tend les bras, car ils ont leurs compétences, leur sensibilité et leur nouvelle énergie à apporter.

Fédérons les créateurs contributifs, ENGAGEons-nous.