Articles

Recoder la République!

Né à la fin des années 1990 avec le mouvement des Zapatistas au Mexique, l’activisme en ligne a trouvé son point d’orgue historique avec les révolutions arabes de 2010-2011. Depuis les hackers tunisiens jusqu’aux jeunes activistes techno égyptiens tels que Asmaa Mahfouz, dont la page Facebook fut le déclencheur de la manifestation anti-régime du 25 janvier sur la place Tahrir, les réseaux numériques ont démontré leur capacité à provoquer l’étincelle qui allume la mèche.

Internet est le messager, pas la cause

Bien sûr, sans mécontentement économique et social profond, il n’y a pas de révolution: Internet est le messager, pas la cause. Mais c’est un vecteur de coordination terriblement puissant car très peu coûteux et extrêmement facile à utiliser. C’est là l’erreur d’un auteur comme Evgeny Morozov qui, dans Net Delusion, écrivait qu’Internet allait renforcer le contrôle des esprits.

Certes, il y a désormais plus d’une soixantaine de pays qui ont des unités de cyber-surveillance, y compris des pays d’Afrique subsaharienne utilisant d’ailleurs parfois des technologies occidentales. Mais la réalité historique des dictatures modernes, de la RDA à la Chine maoïste, a toujours été la capacité à mailler de réseaux d’informateurs très denses les populations sous leur contrôle. La nouveauté, c’est que celles-ci ont désormais également accès à leur propre réseau dense et low-cost de coordination. L’asymétrie se réduit entre le pouvoir central et une multitude qui peut désormais se coordonner en un réseau concurrent. Ironie de l’histoire: le livre de Morozov est sorti précisément quand  les nouveaux révolutionnaires d’Egypte ont obtenu la tête de Moubarak.

Dans le monde industrialisé et démocratique, où les alternances politiques se règlent par le vote, ces réseaux en ligne ont pris naturellement leur place dans le jeu démocratique. Aux Etats-Unis, MoveOn.org, puissant organisateur de l’aile progressiste du Parti Démocrate, a su perfectionner l’art du marketing CRM (« Customer Relationship Management ») en ligne pour animer sa base de 8 millions de membres.

De la démocratie directe et des apps

Grâce à Internet, le mouvement Occupy a pu s’établir – à son extension maximale – dans 950 villes sur plus de 80 pays en à peine quelques années – un exploit impensable avant l’avènement des réseaux sociaux. Au niveau local, l’idée de plateforme de données urbaines qui permettent aux municipalités de mieux échanger avec ses concitoyens – parfois dans les deux sens – fait son chemin tant aux Etats-Unis qu’en Europe. Ces tentatives de démocratie directe au niveau local se doublent de mouvements et d’applications au niveau national. Elles ont pour bénéfice de renouveler l’engagement citoyen. Mais ces initiatives modernes peuvent se heurter aux limitations de la démocratie directe, identifiées initialement par Platon il y a 2500 ans. Ce n’est pas un hasard si la démocratie représentative s’est imposée dans le monde occidental. Dans les sociétés industrielles, la spécialisation du savoir est devenue une nécessité. Comment chaque individu peut-il faire le bon choix pour la collectivité quand on n’a ni le temps ni les outils conceptuels pour bien décider ?

Or, c’est précisément de la résolution de cette question par les moyens numériques et par le code que peut naître une deuxième révolution démocratique, aussi profonde que celle qui a émergé au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en France à la fin du 18e siècle et a fini par triompher avec la chute du Mur, en 1989.

#CodeImpot en France et « Hack the Budget » en Finlande

Les premiers signaux faibles apparaissent. En France, des éléments du code civil ont été transposés par un développeur sur GitHub, une plateforme internationale d’échange de code, pour mieux comprendre les évolutions des textes. L’initiative du hackathon #CodeImpot dans le cadre d’Etalab a permis de rendre disponible le code source du calculateur des impôts utilisé par la Direction générale des finances publiques – et de tester de nouvelles applications pour mieux comprendre l’impact fiscal au niveau de l’individu ou de la collectivité, et même faire passer de 3 semaines à 23 minutes le temps de calcul d’une simulation fiscale. En Finlande, l’initiative « Hack the Budget » pourrait aller encore plus loin en faisant intervenir designers et économistes afin de modéliser et simuler encore plus précisément les impacts des choix budgétaires nationaux.

Tout reste à construire, mais les prémisses sont là. Vivant dans le code, ces modèles ne sont plus enfermés dans la parole d’un homme ou idolâtrés par le biais d’un livre comme l’ont été les grandes idéologies. Leurs prédictions seront constamment confrontées à la réalité, comme cela l’est déjà dans le nouveau marketing en ligne qui retrouve en fait le modèle de la méthode scientifique expérimentale : aucune vérité ne peut être admise d’autorité, toute hypothèse doit être testée. Lignes de code vivants dans des serveurs, ces modèles seront disponibles aux Etats et aux partis mais aussi aux associations et à chaque citoyen, exactement de la même façon. Mis à disposition sous format ‘Open Source’, ils se déploieront en pleine transparence et traçabilité. Enfin, ils finiront par renverser le modèle de l’action partisane, trop souvent organisé sous le mode top-down de leaders soutenus par des dogmes. Ils seront déployés dans la forme démocratique que représente le réseau universel. C’est ce réseau logiciel qui portera tous les outils conceptuels, en particulier les modèles simulant l’action, qui manquaient au citoyen dans la vision aristocratique de Platon.

Au cœur du réseau, il y aura un nouveau type d’activiste : un activiste-chercheur, agissant dans le cadre d’équipes pluridisciplinaires. Il ne cherchera pas à diffuser un nouveau dogme. Il contribuera à la fabrication d’outils pour la multitude, dans l’obsession du résultat concret et la recherche de la vérité. Si cette transformation va jusqu’au bout, c’est bien notre manière de penser l’engagement citoyen qui sera ‘disrupté’ dans une ou deux générations.

L’engagement à l’âge de la révolution digitale (1/2)

Comment contribuer à « changer » les choses ? Par où commencer ?

Les modèles « classiques » de l’engagement reflètent une organisation pyramidale propre aux vieilles sociétés industrielles. Qu’il s’agisse des partis politiques ou du travail admirable de nombreuses associations caritatives, le plus souvent le haut de la pyramide réfléchit et la base s’active. C’est un socle nécessaire pour l’action collective. Mais que faire lorsque l’on veut donner plus que son argent, ou son vote ? Que l’on veut participer aussi en exprimant son talent, sa réflexion analytique ou ses idées créatrices? Que l’on veut aussi savoir si ce que l’on fait permet effectivement de changer les choses ?

La révolution digitale ouvre de nouvelles pistes pour répondre à ces questions.

Les modes d’organisation issues de l’innovation numériques créent de nouveaux modèles d’intelligence et d’action collective. Ils permettent à chacun de pouvoir participer, de s’engager tout en établissant un rapport égalitaire avec les créateurs de l’organisation. La gestion du travail est bouleversée : c’est le modèle de l’organisation  « aplatie » de l’Open Source, théorisée par Yochai Benkler du Berkman Center for Internet & Society à l’université de Harvard. C’est le modèle de développement de Linux ou de Wikipédia. A la différence des firmes traditionnelles ou des mécanismes classiques de marché, ces modes types « open source » possèdent des avantages spécifique.

Chacun apporte son travail selon son talent et sa disponibilité, ce qui donne accès à une diversité plus forte d’intelligences et de ressources. Chaque contributeur n’intervient que pour des activités qui soit le motivent réellement, soit correspondent à son domaine de compétence : le recrutement se fait par auto-régulation, réduisant les couts de sélection. Il pourra en aller de même dans l’engagement social, ou chacun apporte son talent et ses compétences propres dans le cadre d’initiatives qui partagent avec les entreprises privées, en particulier les start-up, des besoins souvent similaires – recherche de mentors, questions sur la pertinence du positionnement, les moyens de convaincre des donateurs ou des investisseurs, le cadre juridique, la difficulté à trouver des équipes etc…

Le contributeur n’intervient que lorsqu’il est disponible pour le projet collectif. D’un point de vue économique, il s’agit de la mise à disposition d’une « capacité » de travail qui serait par ailleurs non utilisée – par exemple pour Linux, du temps libre d’ingénieur informaticien, après accomplissement de son travail salarié. La « rémunération » par le projet collectif du contributeur ne se fait pas via une contrepartie matérielle ou monétaire, mais dans un aspect plus intangible : parfois la possibilité de se bâtir une réputation d’agent efficace dans le cadre d’un réseau estimé de contributeurs ; le plus souvent, aider un projet collectif qui tient à cœur le contributeur. La rémunération est altruiste. Ce point est fondamental : il permet l’intervention d’un nombre important des contributeurs, chacun apportant un quantum d’effort correspondant à son temps de « capacité de travail » sinon non utilisé. Ce nombre finit par pallier l’absence d’employés à temps plein. Linux, dans les OS, ou Wikipédia, dans les encyclopédies sont des projets qui n’ont rien à envier aujourd’hui à leurs compétiteurs privés.

Le cout de l’organisation est réduit à l’essentiel grâce à une coordination des actions réglée par le logiciel mis en ligne. Il définit le quantum d’effort (telle fonction à coder, tel article à écrire) correspondant à la capacité de travail mis à disposition par le contributeur. C’est par une plateforme en ligne que peut se gérer l’apport du nombre associé à la spécialisation des tâches. L’organisation des initiatives sociétales pourraient grandement profiter de ce qui fait la force ici d’un Wikipédia ou d’un Linux, ailleurs d’un Quirky ou d’un Kickstarter. Ce dernier point permet de plus de réduire les frictions humaines ou les jeux de pouvoir dans l’organisation du projet. Le logiciel force à écrire les algorithmes, c’est-à-dire définir en amont les règles de décision. L’arbitraire subjectif de tel ou tel dirigeant, avec le risque d’une vue partiale, cède donc le pas à l’objectivité de la règle établie.

Voilà comment la révolution digitale peut transformer l’engagement social. Derrière la technique se cache en fait une révolution de l’organisation de l’intelligence collective, déjà en cours.

Mais il n’y a pas que les modes d’organisations qui sont en train de se bouleverser. Notre culture elle-même est en train de changer.  Là encore, une nouvelle révolution est à venir pour la société, et donc pour l’engagement social.

C’est ce que nous découvrirons dans un prochain post.