Articles

Crise du coronavirus : retrouver le futur

Jean Viard est sociologue et directeur de recherches CNRS au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po Paris. D’un grand éclectisme, il s’intéresse à l’aménagement du territoire, à l’agriculture, aux temps sociaux (vacances, 35 heures), à la mobilité, à la question migratoire et aux comportements politiques. Il fut conseiller municipal à Marseille de 2008 à 2014, et candidat LREM  pour les législatives 2017 dans le Vaucluse.

 

Qu’est-ce que la crise du Coronavirus a changé dans ta vie ?

Je vis dans le sud du Luberon, dans une vielle ferme. On peut dire que j’ai des conditions optimales de survie, sans aucun problème matériel. Après, j’ai des choses qui me manquent, comme ma petite fille qui ne comprend pas pourquoi son grand-père ne la prend plus dans les bras. Et sortir aussi, car je suis un être profondément social.
Cela ne m’empêche pas de rester actif. En ces temps de crise, cela relève de ma responsabilité.
Je donne des entretiens, j’ai une chronique tous les matins sur France Info. C’est ma manière de faire de la sociologie. Une sociologie de terrain, à chaud.

On est face à une rupture très profonde, et le débat va se jouer sur la question de la souveraineté. ” 

 

Qu’est-ce que la crise du Coronavirus dit de notre société ?

C’est une crise totalement imprévue, énorme, et qui nous impacte tous. Cette période va nous marquer à vie, on la racontera à nos enfants, et on craindra qu’elle se répète. Et en même temps c’est une expérience commune à trois milliards d’hommes. Pour moi, c’est donc un bouleversement du même ordre qu’une guerre mondiale, même si c’est incomparable en termes de nombre de morts.
On est à la fin d’un cycle politique ouvert par Reagan et Thatcher dans les années 1980. Avec la fin de la Guerre Froide, le capitalisme avait battu le communisme et était devenu le modèle unique. On a ainsi accepté une économie de flux tendu qui cherche la minimisation des coûts de production. L’économie avant tout.

Mais la fin de cette période approche, et la crise de 2008 en était déjà une première répétition. Tout le monde voyait bien que le système de fonctionnait plus très bien, mais les mécontentements se sont surtout exprimés dans des populismes peu fertiles.
Aujourd’hui, avec la crise du Coronavirus, on observe un retour soudain des frontières, physiques et économiques. Malgré les grands discours sur notre économie libérale interconnectée, sur l’Europe et le marché unique, on voit bien qu’en période de crise, chaque pays conserve ses ressources. On est donc face à une rupture très profonde, et le débat va se jouer sur la question de la souveraineté. Face aux populismes, va-t-on réussir à utiliser les milliards sur la table pour infléchir l’évolution économique de notre société vers un modèle plus écologique ? L’opportunité est là. Le tout est d’arriver à s’en saisir.

C’est sur ce même enjeu que repose l’avenir de l’Europe. Si l’Europe arrive à se doter des quatre souverainetés fondamentales, l’alimentation, la santé, l’éducation et le militaire, alors on peut envisager la construction d’un « New Deal » vert européen. Sinon ce sera l’échec de l’Union Européenne et les souverainetés deviendront nationales.

Nous avions besoin d’une rupture pour changer d’époque et entrer dans un nouveau cycle, celui de la guerre contre le réchauffement climatique et la destruction de l’environnement.

 

A l’échelle de la France, quels impacts cette crise peut-elle avoir en termes d’impact social et d’inégalités sociales ?

Toute crise met en lumières des écarts sociaux au sein de la société. Cette crise du Coronavirus montre de manière limpide qu’il y a trois grands groupes dans la société française : les employés des bureaux qui peuvent travailler depuis chez eux, les petites mains des services, de la santé et du commerce qui sont obligé de travailler, et les travailleurs de la production industrielle qui sont à l’arrêt. Et on voit que la dynamique de bureaucratisation du réel touche aussi le milieu hospitalier : on a mis des normes partout jusqu’à en oublier les soins.
Quel groupe souffre le plus ? Difficile à dire. Je pense qu’au-delà de ces catégories, ceux qui souffrent le plus sont les personnes les plus isolées.

Mais il est possible que la crise mène à des évolutions positives. Ce qu’on appelle péjorativement, et à tort, les « petits métiers », vont avoir des arguments pour revendiquer des revalorisations de leurs métiers. Après, peut-on arriver à une débureaucratisation de la société ? Ce n’est pas sûr.

 

Es-tu plutôt optimiste ou pessimiste sur l’après-coronavirus ?

C’est dur à dire, mais nous avions besoin d’une rupture pour changer d’époque et entrer dans un nouveau cycle, celui de la guerre contre le réchauffement climatique et la destruction de l’environnement.
Avec la crise sanitaire et le confinement qui en découle, on réalise que si nous changeons nos modes de vie collectivement, à l’échelle planétaire, notre potentiel d’impact est énorme. Va-t-on réussir à penser cet épisode comme une première escarmouche pour un nouveau rapport à la nature ? Réaliser en quelque sorte que Descartes a perdu face à Rousseau, que l’homme doit négocier avec la nature ? Tout dépend de notre capacité à changer d’appui et à nous rassembler sous un nouveau contrat.
On a en tout cas l’opportunité d’entrer dans une période de grande ouverture. Et cela donne beaucoup d’espoir. C’est terrible de dire cela alors que des dizaines milliers de gens sont en train de mourir du virus, mais nous sommes dans une époque charnière où l’histoire peut s’ouvrir.

“ On avait perdu le futur. Aujourd’hui, on a l’opportunité de le retrouver. ” 

 

Chez ENGAGE on aime parler de futurs désirables. Si tu devais imaginer les tiens, à quoi ressembleraient-ils ?

Je suis convaincu que cette période va nous apprendre des choses. Qu’elle va nous aider à changer nos comportements. Aujourd’hui, on trie ses poubelles tout en sachant qu’au fond, ce n’est pas cela qui va changer le monde. Mais si nos actions individuelles s’inscrivent dans un phénomène d’échelle mondiale, on y retrouve du sens. Engager la bataille climatique peut nous redonner de l’espoir. On avait perdu le futur. Aujourd’hui, on a l’opportunité de le retrouver.

 

 

En savoir plus sur Jean Viard et ses parutions.

Et si nous osions devenir grands ?

Judith Grumbach est réalisatrice de documentaires, passionnée par le sujet de l’éducation. Après son premier film, Une idée folle, elle vient de réaliser Devenir Grand. Une immersion dans la vie de trois classes aussi ordinaires qu’extraordinaires, de trois niveaux différents, primaire, collège et lycée, dans trois régions de France.

  

Qu’est-ce qui t’a amené à t’intéresser à l’éducation ? Pourquoi est-ce un sujet essentiel à yeux ?

J’ai commencé à m’intéresser au sujet de l’éducation à partir des attentats de janvier 2015. Cet événement, sans être directement lié à l’éducation, a provoqué chez moi un déclic. Je me suis dit « je ne sers à rien », dans le sens où je n’avais pas d’action positive sur le monde qui m’entoure. J’avais l’impression, comme beaucoup de mes concitoyens, que le monde marchait sur la tête. Pour le transformer, il m’a semblé qu’il fallait commencer par le début : l’école.

Un mois plus tard, par un hasard merveilleux, j’ai été appelée par l’association Ashoka, un grand réseau d’innovation sociale, pour me proposer d’aller filmer des écoles pas tout à fait comme les autres. L’objectif était au départ de faire de courtes vidéos institutionnelles.

En découvrant ces classes, je me suis d’abord dit « si l’école c’est comme ça, je veux bien y retourner demain. », alors que je l’avais moi-même quittée en courant. Je me suis dit que si j’avais été dans des classes comme celles-ci j’aurais probablement gagné 10 ans en termes de confiance et de connaissance de soi.

Je suis rentrée de ce tournage avec 26h de rushs en me disant qu’il fallait absolument en faire un film. Je ne pouvais pas raconter tout ce que j’avais vu en quatre vidéos de trois minutes. Ashoka a accepté, et c’était le début de l’aventure d’Une idée folle.

 

Ta démarche est originale dans le sens où tu regardes l’éducation au prisme des solutions, et pas au prisme des problèmes comme c’est souvent le cas…

Il arrive qu’on me reproche de ne pas montrer les problèmes de l’éducation en France. Il est évident qu’il faut aussi des films pour montrer ce qui dysfonctionne, et qu’il faut dénoncer le manque de moyens humains et matériels. Mais il est pour moi fondamental de montrer ce qui marche, de montrer les tentatives et les expériences, pour donner des idées et inspirer les enseignants qui se sentent seuls et démunis.

Des classes où, en plus d’apprendre à lire, à écrire et à compter, on apprend aussi à se connaître, à gérer ses émotions, à communiquer avec les autres, à avoir de l’empathie, à coopérer. La spécificité de ces classes, que je trouve essentielle, c’est qu’elles permettent d’apprendre à se construire en tant qu’individu, avec toutes ses différences et ses spécificités, tout en apprenant à faire partie d’un collectif.

Ce sont aussi des écoles où les élèves arrivent le matin en courant, des écoles où la relation entre enseignants et élèves est extrêmement importante. Le mot « amour », qui est pourtant totalement tabou sur le sujet de l’éducation, est celui qui me permet de décrire au mieux ce que j’ai vu. Je pense que ces enseignants sont merveilleux parce qu’ils aiment profondément leurs élèves, et les élèves se sentent bien à l’école en grande partie parce qu’ils aiment leurs enseignants. Cette relation, c’est pour moi la grande oubliée des débats sur l’éducation.

 

Quelle est ta vision du débat sur l’éducation en France ?

Le débat sur l’éducation en France est très technique, très politique, c’est un diktat du temps court. Le temps du politique n’est absolument pas le temps de l’éducation. C’est aussi un débat d’une violence inouïe. Je rêve d’un débat où l’on oserait poser plus de questions que l’on ne trouve de reponses, dans lequel on n’aurait pas de certitudes, dans lequel on pourrait se parler sans s’insulter. Un débat collectif et constructif qui inclurait tous les acteurs de la communauté éducative. C’est à cela que j’aimerais que mes films contribuent : créer les conversations que l’on a besoin d’avoir sur les sujets d’éducation. C’est d’ailleurs pour cela que je ne vois pas la diffusion TV du film comme une finalité. Dès que ce sera possible, nous organiserons des projections citoyennes partout en France pour susciter de l’espoir, de l’inspiration et ouvrir des conversations.

 

Après Une idée folle, pourquoi avoir voulu pousser plus loin l’aventure sur le sujet de l’éducation ?

Une idée folle était une sorte de manifeste, un plaidoyer pour une école différente. Pour le second film, j’ai vraiment voulu m’immerger au cœur de la vie de trois classes pendant un an. J’ai voulu montrer trois classes aussi ordinaires qu’extraordinaires, et comment enseignants et élèves, malgré les difficultés, grandissent ensemble à l’école.

Je voulais aussi montrer qu’il existe des initiatives formidables au sein de l’éducation nationale, et rendre hommage aux enseignants, à leur courage, leur créativité, leur engagement, alors même qu’un grand nombre d’entre eux se sentent démunis, découragés, parfois même méprisés par les institutions et la société.

 Ce que tous ces enseignants ont en commun, c’est le fait de se remettre en question en permanence. Ils essaient de répondre au contexte et aux besoins de leurs élèves du mieux possible. Sans dogmatisme, sans avoir de méthodes miracles. Ils cherchent des idées partout.

 

Et contrairement à ton premier film, où tu étais partie à la rencontre d’écoles publiques et privées, dans Devenir Grand tu as fait le choix de te concentrer sur trois écoles publiques. Pourquoi ?

Même si je sais qu’il existe de nombreuses initiatives très intéressantes dans le privé, je crois que si l’on veut véritablement transformer l’éducation en France, il faut évidemment transformer l’école publique. Il faut montrer qu’il est possible de faire des choses au sein de l’école publique, et y compris là où c’est le plus difficile, notamment dans les zones d’éducation prioritaires. Je voulais que les enseignants qui vivent ces situations-là puissent se reconnaitre et reconnaitre leurs élèves.

 Ce deuxième film, c’est donc à la fois l’envie de réalisatrice de raconter une autre histoire, et l’envie stratégique d’être plus utile au débat.

 

C’est quoi pour toi l’école de demain ?

L’école de demain, c’est une école qui s’intéresse au monde qui l’entoure et au monde qui va lui succéder. Une école qui n’est pas déconnectée de la réalité, aussi bien des enjeux écologiques, sociaux et technologiques que de la vie des élèves. Une école dans laquelle la relation est fondamentale. Une école qui permet aux enseignants comme aux élèves de se former tout au long de leur vie. Et surtout une école qui permet à tous de se sentir bien.

 

Avec le confinement lié au Coronavirus et les écoles fermées, la continuité de l’enseignement passe par l’accompagnement des parents, l’adaptation des enseignants, et l’usage des outils technologiques (quand cela est possible). Qu’est-ce que cela t’inspire ? Est-ce cela aussi l’école de demain ? 

La période terrible que l’on traverse a une vertu : nous obliger à appuyer sur pause et à regarder l’école en face. Les parents vont comprendre ce que signifie « faire école », réaliser que c’est extrêmement difficile et, j’espère, accorder plus de reconnaissance aux enseignants. Les enseignants sont obligés de remettre en question leurs pratiques et de trouver des solutions avec les outils technologiques, plus ou moins efficaces, mis à leur disposition. On ne peut pas faire son cours devant un écran comme on le fait devant sa classe. 

Ce qui est intéressant dans ce confinement, c’est tout ce que les enseignants inventent à côté. Je connais par exemple un enseignant qui a créé un journal de confinement collectif, en ligne, où ses élèves peuvent partager ce qu’ils sont en train de vivre. C’est une façon géniale de les engager dans l’écriture et de garder un contact avec eux. Là encore, la relation élève-enseignant est au cœur du dispositif. e l’idée.

 Nous devons aussi bien garder à l’esprit que la fracture numérique renforce dramatiquement les inégalités. Les élèves en difficultés scolairement et socialement sont ceux pour qui c’est aussi le plus difficile de garder le lien avec l’école, alors que c’est ceux qui en ont le plus besoin. Nous devons avoir une réflexion pour éviter que ces élèves-là ne soient pas pénalisés.

 

Chez ENGAGE, on essaye d’inventer des futurs désirables. Si tu devais imaginer tes futurs désirables, à quoi ressembleraient-ils ?

Un futur désirable est un futur où l’on est se sent tous bien, avec nous-mêmes, avec les autres, avec notre environnement. Où l’on se sent tous responsables du monde qui nous entoure. Un futur où l’expression « citoyen engagé » devient finalement un pléonasme.

D’ailleurs, pour moi, l’interrelation entre la construction de l’individu et du collectif, que j’ai observée dans les classes durant le tournage du film, est un modèle, une parfaite métaphore, de la société que je voudrais voir advenir. 

 

 

 

Photographies extraites du film Devenir Grand

Avons-nous envie de vivre en 2030 ?

Par Lucas Delattre, intervenant à l’Engage University

Le monde va-t-il mieux ou court-il à sa perte ? Chacun d’entre nous pressent confusément que les deux hypothèses sont aussi vraies l’une que l’autre. « Now is the greatest time to be alive », écrit Barack Obama dans le magazine Wired (octobre 2016). « This is the most dangerous time for our planet », écrit pour sa part Stephen Hawking dans le Guardian du 1er décembre 2016. Le célèbre astrophysicien britannique envisage sérieusement une prochaine extinction de notre espèce : « je ne pense pas, dit-il, que nous survivrons encore 1 000 ans sans devoir nous échapper de notre fragile planète ».

Que retenir de ces contradictions ? Le bouillonnement créatif qui n’a jamais paru si vibrionnant, l’intelligence individuelle et collective qui se déploie partout et à tous les niveaux, l’économie en réseaux qui multiplie les initiatives et permet à toutes les bonnes idées et à toutes les bonnes volontés de se rencontrer et d’œuvrer ensemble ?

Ou plutôt les nuages de toutes sortes qui s’accumulent à l’horizon ? A commencer par le dépérissement de la planète lié au réchauffement climatique et qui se traduit notamment par un gravissime recul de la biodiversité sur terre et dans les mers. Sans parler de l’actualité internationale en 2016 : regain des nationalismes agressifs un peu partout, montée de la xénophobie, de l’intolérance religieuse meurtrière et des peurs de toutes sortes, perte de vitesse des systèmes coopératifs basés sur le droit.

Comment sortirons-nous de ces contradictions ? Question purement rhétorique quand on sait par exemple que la Chine est en 2016 tout à la fois le premier pollueur de la planète et le premier laboratoire d’énergies vertes. On vivra donc très certainement pour longtemps encore dans de sévères paradoxes…

La mode, illustration de l’essoufflement de notre modèle

Il n’empêche qu’on a le droit d’espérer que la notion de « progrès » n’est pas morte. Prenons l’exemple apparemment anodin de la mode mais qui est un secteur économique de premier plan. Je recommande d’écouter un TedTalk de Rachel Arthur, une journaliste britannique spécialisée dans la mode et la technologie. Cette conférence prononcée en octobre 2016 délivre un message simple : la mode doit effectuer un passage nécessaire « de la frivolité à la soutenabilité » (« from frivolity to sustainabiliy »). 

Voici le constat de base de Rachel Arthur :

– La mode est la seconde industrie la plus polluante sur terre après le pétrole.
– Elle produit 10 % des émissions de carbone sur terre.
– Elle utilise 1/4 des produits chimiques consommés chaque année dans le monde.
– Elle est la seconde activité la plus vorace en eau après l’agriculture (on utilise 20 000 litres d’eau pour une seule paire de jeans et un seul T-shirt).
– Depuis l’an 2000, on produit 60 % de vêtements en plus (100 milliards de produits), dont 3/5 finissent à la décharge dans l’année qui suit.

La mode n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres de l’essoufflement de notre modèle. Et si l’avenir s’élabore sous nos yeux grâce aux nouvelles technologies, priorité à celles qui peuvent aider à sortir de l’impasse.

Google vient d’annoncer que sa consommation d’énergie, équivalente à celle de la ville de San Francisco chaque année, proviendra à 100 % d’énergies renouvelables à partir de 2017.

On a envie de se dire que oui, naturellement, toute innovation technologique est au service d’une amélioration de la condition humaine. Mais on n’en est pas tout à fait sûr, du moins pas à 100 %. Certes, on progresse dans tous les domaines de la science et de la médecine. De nombreux chercheurs dans le domaine du bio-mimétisme s’inspirent de plus en plus du vivant et cherchent à reproduire à l’identique les matériaux qui s’épuisent (un exemple : le cuir). Dans l’alimentation, on va sans doute parvenir à réduire la surconsommation de viande animale, co-responsable de la dégradation de la planète.

La valeur, aujourd’hui, se concentre dans la maîtrise des réseaux d’information (ou de désinformation) et de communication

Même si la confusion et le chaos dominent le monde tel que nous l’observons chaque jour, on sent bien que le XXIe siècle cherche à inventer de nouveaux modèles de développement humain. Les initiatives telles qu’Engage s’ajoutent à des milliers d’autres pour envisager d’autres façons de progresser et d’adapter l’humanité à un mode d’existence plus équilibré, plus sensé, plus harmonieux.

Mais ce qui ne cesse de me frapper, c’est à quel point l’immense intelligence humaine disponible (et déjà l’intelligence artificielle) concentre son énergie sur des objectifs dérisoires. La valeur, aujourd’hui, se concentre dans la maîtrise des réseaux d’information (ou de désinformation) et de communication. « Dans tous les domaines, nous sortons de cent cinquante ans de société industrielle. La fabrication des biens a été remplacée par la modification, voire par la manipulation des esprits, comme on l’a vu lors de l’élection américaine, avec un Donald Trump porté par une partie des réseaux sociaux » (Alain Touraine dans Le Monde du 2 décembre 2016).

Au cœur de notre économie et de nos sociétés, il y a désormais l’observation sophistiquée des comportements individuels, pour une efficacité toujours plus grande des outils du marketing. Les acteurs du marché sont à la poursuite d’un idéal indépassable qui peut se résumer en quelques mots très simples : « vendre le bon produit à la bonne personne, au bon moment et au bon endroit ». Cela ne me semble malheureusement pas suffisant pour contribuer à l’élévation de l’esprit, à la diffusion de la culture, à une vie vraiment meilleure.

Nous ne sommes plus à l’âge des grandes utopies politiques et personne n’a vraiment envie de croire à des alternatives à l’économie de marché. La liberté, l’entreprise, tout le monde y tient et tout le monde sait que notre développement futur ne peut pas être un modèle « administré ». On sait aussi que le capitalisme, tout compte fait, a permis à des millions de gens de sortir de la pauvreté dans le monde.

Mais l’échafaudage global manque singulièrement d’attrait. On ne peut avoir une « envie de futur » sans y apercevoir, comme nous invite à le faire Barack Obama, plus de qualités humaines, plus de participation, plus d’épanouissement individuel et collectif… N’y a-t-il que des adaptations individuelles au changement ? On est tenté de le penser tant nos vies plus ou moins minuscules sont riches et très souvent belles, mais on est un peu consterné quand même. On ne sait plus trop comment faire pour y arriver, mais on est encore bien loin d’une « société de confiance », même si on a abandonné tout idéal de « lendemains qui chantent ».

Pour aller plus loin :

  • Découvrez le projet Engage with Refugees
  • Jouez à  #Visionary, le quiz online d’Engage pour mieux comprendre le monde et s’engager
  • Jouez à « 2026, et vous le futur, vous le voyez comment ? »

Inventer un nouveau rapport au monde

Il faut tout changer, probablement. Repenser notre système politique, notre système économique, nos médias, notre rapport au vivant. Pourtant cette injonction, qui sonne pour beaucoup comme une évidence, est aussi la voie la plus rapide vers le découragement et le renoncement.

Si tout doit être changé, nous n’y arriverons pas

Comment croire que nous pourrons simultanément refonder notre démocratie malade, nos industries qui détruisent le vivant, un système économique financiarisé toujours incapable de comprendre les impacts catastrophiques de certaines décisions court-termistes ? Pourtant aucune réponse partielle ne saura être efficace.

Dans un monde globalisé, mon impact est mineur et les autres décident pour moi, mal

Ce sont encore les autres qui décident, en fonction d’intérêts qui, manifestement, ne sont pas les nôtres. Après José Manuel Barroso et son recrutement par Goldman Sachs, comment croire aux bonnes gouvernances européennes ? Après le florilège de réponses opportunistes, abjectes aux derniers attentats, comment croire que cette classe politique a un début de solution ?

Je veux de nouveaux dirigeants politiques, une réforme de notre système démocratique qui appartient manifestement au passé. Pourtant notre démocratie ne me proposera rien en 2017 et nous repartirons pour cinq ans de rustines.
Je veux de nouvelles entreprises plus responsables. Pourtant, malgré les discours bien intentionnés de certains dirigeants de multinationales, j’ai la sensation acide que l’on ne nous tient pas un discours de vérité. Les rayons des supermarchés regorgent de produits sur-emballés non nécessaires, les cimentiers avides sont prêts à tout pour garder leurs marges et continuent à agir, en toute impunité.
Je veux de nouveaux médias qui prennent le temps de l’analyse, de l’explication. Pourtant, même les chaînes nationales tombent dans le panneau de l’hyper-réactivité et participent à la surenchère émotionnelle.

Je veux comprendre. Je veux être écouté. Je veux participer…vœu pieux. Combien de fois avons-nous tenu ou entendu ce discours fataliste ?

Il faut y croire malgré les revers, nos doutes et nos peines, sortir de l’émotionnel pour agir en connaissance et en conscience

C’est aujourd’hui qu’il faut agir. Nous devons faire basculer au plus vite notre système du bon côté, car le temps s’accélère. Combattre le solutionisme hâtif, les recettes court-termistes, opportunistes, gonflées aux hormones.

Rester lucide car la situation est extrême et ces premières lignes montrent qu’il est difficile pour chacun d’entre nous de ne pas participer à la surenchère émotionnelle.
Agir aussi pour retrouver un certain optimisme. Privilégier l’action comme moyen de résistance en se disant que d’autres voies sont nécessairement possibles.

C’est pour cela nous avons créé l’Engage University, car agir nécessite de savoir, de maîtriser les bons outils et de se préparer soi-même au changement.
C’est pour cela que nous créons Engage Futur, pour que des jeunes de 13 à 17 ans acquièrent eux aussi les connaissances, expérimentent de nouvelles pratiques et développent les moyens de s’engager dans le monde qu’ils construiront.
C’est pour cela que nous avons créé Engage, car nous ne transformerons les choses qu’en agissant concrètement et en nous transformant nous-même.

Photo: femmes tendent des miroirs aux militaires en Ukraine.

Recoder la République!

Né à la fin des années 1990 avec le mouvement des Zapatistas au Mexique, l’activisme en ligne a trouvé son point d’orgue historique avec les révolutions arabes de 2010-2011. Depuis les hackers tunisiens jusqu’aux jeunes activistes techno égyptiens tels que Asmaa Mahfouz, dont la page Facebook fut le déclencheur de la manifestation anti-régime du 25 janvier sur la place Tahrir, les réseaux numériques ont démontré leur capacité à provoquer l’étincelle qui allume la mèche.

Internet est le messager, pas la cause

Bien sûr, sans mécontentement économique et social profond, il n’y a pas de révolution: Internet est le messager, pas la cause. Mais c’est un vecteur de coordination terriblement puissant car très peu coûteux et extrêmement facile à utiliser. C’est là l’erreur d’un auteur comme Evgeny Morozov qui, dans Net Delusion, écrivait qu’Internet allait renforcer le contrôle des esprits.

Certes, il y a désormais plus d’une soixantaine de pays qui ont des unités de cyber-surveillance, y compris des pays d’Afrique subsaharienne utilisant d’ailleurs parfois des technologies occidentales. Mais la réalité historique des dictatures modernes, de la RDA à la Chine maoïste, a toujours été la capacité à mailler de réseaux d’informateurs très denses les populations sous leur contrôle. La nouveauté, c’est que celles-ci ont désormais également accès à leur propre réseau dense et low-cost de coordination. L’asymétrie se réduit entre le pouvoir central et une multitude qui peut désormais se coordonner en un réseau concurrent. Ironie de l’histoire: le livre de Morozov est sorti précisément quand  les nouveaux révolutionnaires d’Egypte ont obtenu la tête de Moubarak.

Dans le monde industrialisé et démocratique, où les alternances politiques se règlent par le vote, ces réseaux en ligne ont pris naturellement leur place dans le jeu démocratique. Aux Etats-Unis, MoveOn.org, puissant organisateur de l’aile progressiste du Parti Démocrate, a su perfectionner l’art du marketing CRM (« Customer Relationship Management ») en ligne pour animer sa base de 8 millions de membres.

De la démocratie directe et des apps

Grâce à Internet, le mouvement Occupy a pu s’établir – à son extension maximale – dans 950 villes sur plus de 80 pays en à peine quelques années – un exploit impensable avant l’avènement des réseaux sociaux. Au niveau local, l’idée de plateforme de données urbaines qui permettent aux municipalités de mieux échanger avec ses concitoyens – parfois dans les deux sens – fait son chemin tant aux Etats-Unis qu’en Europe. Ces tentatives de démocratie directe au niveau local se doublent de mouvements et d’applications au niveau national. Elles ont pour bénéfice de renouveler l’engagement citoyen. Mais ces initiatives modernes peuvent se heurter aux limitations de la démocratie directe, identifiées initialement par Platon il y a 2500 ans. Ce n’est pas un hasard si la démocratie représentative s’est imposée dans le monde occidental. Dans les sociétés industrielles, la spécialisation du savoir est devenue une nécessité. Comment chaque individu peut-il faire le bon choix pour la collectivité quand on n’a ni le temps ni les outils conceptuels pour bien décider ?

Or, c’est précisément de la résolution de cette question par les moyens numériques et par le code que peut naître une deuxième révolution démocratique, aussi profonde que celle qui a émergé au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en France à la fin du 18e siècle et a fini par triompher avec la chute du Mur, en 1989.

#CodeImpot en France et « Hack the Budget » en Finlande

Les premiers signaux faibles apparaissent. En France, des éléments du code civil ont été transposés par un développeur sur GitHub, une plateforme internationale d’échange de code, pour mieux comprendre les évolutions des textes. L’initiative du hackathon #CodeImpot dans le cadre d’Etalab a permis de rendre disponible le code source du calculateur des impôts utilisé par la Direction générale des finances publiques – et de tester de nouvelles applications pour mieux comprendre l’impact fiscal au niveau de l’individu ou de la collectivité, et même faire passer de 3 semaines à 23 minutes le temps de calcul d’une simulation fiscale. En Finlande, l’initiative « Hack the Budget » pourrait aller encore plus loin en faisant intervenir designers et économistes afin de modéliser et simuler encore plus précisément les impacts des choix budgétaires nationaux.

Tout reste à construire, mais les prémisses sont là. Vivant dans le code, ces modèles ne sont plus enfermés dans la parole d’un homme ou idolâtrés par le biais d’un livre comme l’ont été les grandes idéologies. Leurs prédictions seront constamment confrontées à la réalité, comme cela l’est déjà dans le nouveau marketing en ligne qui retrouve en fait le modèle de la méthode scientifique expérimentale : aucune vérité ne peut être admise d’autorité, toute hypothèse doit être testée. Lignes de code vivants dans des serveurs, ces modèles seront disponibles aux Etats et aux partis mais aussi aux associations et à chaque citoyen, exactement de la même façon. Mis à disposition sous format ‘Open Source’, ils se déploieront en pleine transparence et traçabilité. Enfin, ils finiront par renverser le modèle de l’action partisane, trop souvent organisé sous le mode top-down de leaders soutenus par des dogmes. Ils seront déployés dans la forme démocratique que représente le réseau universel. C’est ce réseau logiciel qui portera tous les outils conceptuels, en particulier les modèles simulant l’action, qui manquaient au citoyen dans la vision aristocratique de Platon.

Au cœur du réseau, il y aura un nouveau type d’activiste : un activiste-chercheur, agissant dans le cadre d’équipes pluridisciplinaires. Il ne cherchera pas à diffuser un nouveau dogme. Il contribuera à la fabrication d’outils pour la multitude, dans l’obsession du résultat concret et la recherche de la vérité. Si cette transformation va jusqu’au bout, c’est bien notre manière de penser l’engagement citoyen qui sera ‘disrupté’ dans une ou deux générations.

Engage – Agitateur d’idées

Certains médias conformistes déplorent une crise de la pensée, un repli sur soi. Au contraire, « la vie des idées » n’a jamais été aussi riche de promesses. Avec la crise des élites et le boom de l’économie numérique, l’innovation sociétale n’est plus le lot d’intellectuels détenant le savoir. Elle provient de petits groupes de citoyens  qui ne se faisant plus d’illusions sur les politiques, se remontent les manches et essayent de se rendre utiles. En travaillant sur des projets porteurs de sens, en privilégiant l’action concrète, à échelle humaine, ces laboratoires  inventent le monde de demain. Exemple avec ENGAGE, qui organise une soirée de réflexion et d’action une fois par mois. 

« C’est là que cela passe ! « . Je suis à peine arrivé au 45, rue des vinaigriers à Paris qu’une jeune fille souriante, Eva, m’accueille et m’ouvre la porte. « Les Engagés sont au premier étage ». 

Je prends l’ascenseur et  découvre une grande salle lumineuse avec de longues tables en bois massif, des bancs confortables en cuir noir et au mur, une inscription : « We are social ».

Dans un coin, une cuisine rectangulaire moderne, et tout autour des convives en train de boire un verre, de savourer des quiches, en discutant. Petit à petit, la vaste pièce se remplit. Des jeunes étudiantes charmantes un peu timides, des cadres aux cheveux blancs et au regard assuré, des patrons de start-ups, des mères de famille, des geeks… Corinne, une juriste dynamique, me présente à deux lauréats des trophées Global Potential, un prix qui vient de récompenser au Sénat de jeunes entrepreneurs venus du monde rural et des quartiers populaires. Il y a autant de filles que de garçons et l’ambiance y est bon enfant. Des rires fusent.

« Présents désirables »

IMG_9247

Au bout d’un moment, un bel homme à la voix de baryton prend la parole et invite les soixante personnes présentes à s’asseoir à l’autre bout de la pièce sur des fauteuils multicolores. Jérôme Cohen, le créateur d’Engage détaille alors à l’assemblée la philosophie du groupe. « Notre but est de soutenir des initiatives citoyennes, des porteurs de projets solidaires, des actions qui ont du sens, dans tous les domaines : l’aide au plus démunis, la démocratisation culturelle, les nouvelles gouvernances, la protection de l’environnement… Pas de rêver à bâtir des lendemains qui chantent, être utopistes mais agir au présent ». Hic et nunc. Ici et maintenant. « C’est en étant heureux de faire aujourd’hui qu’on créera un monde harmonieux pour demain. Arrêter de repousser, faire aujourd’hui ». complète un participant. Le fondateur de l’organisation souligne aussi son désir d’évaluer chacune des actions entreprises. « Nous souhaitons être dans le concret. Vous allez consacrer du temps, de l’énergie à accompagner un ou des projets, nous vous devons un retour.  Sur les réalisations et sur notre plus-value. »

Avant d’entrer dans le vif du sujet, Eric-Axel, qui anime la soirée, propose à chacun de faire connaissance en petits groupes et de dire à son voisin ce qui l’a amené à être là ce lundi soir, pour s’investir. Mon voisin de droite, élégant dans sa chemise rose, me confie qu’il a vu une émission de La Chaîne Parlementaire récemment avec Pierre Rabhi et que dans la foulée, il a lu plusieurs de ses livres. « J’ai été  touché par l’histoire du colibri qui durant un feu de forêt croise un singe qui fuit. Le primate lui demande pourquoi si frêle il ne s’en va pas  vite fait et le minuscule oiseau de lui répondre je vais porter une goutte d’eau pour éteindre l’incendie. Petite goutte par petite goutte, c’est ainsi que se font les rivières et les océans. Je me suis dit pourquoi ne pas apporter ma brique à l’édifice et expérimenter de nouvelles approches comme celui de la sobriété heureuse prônée par le poète agriculteur ». Mon voisin de gauche, lui, est moins dans les livres.  » J’ai vu le film Human de Yann Arthus-Bertrand à la télévision avec mon amie et j’ai été sensible à sa démarche ». Un peu plus loin, d’autres parlent de la dernière vidéo virale de Nicolas Hulot sur le net ou du « Laudato Si », l’encyclique du pape François, publiée le 18 juin. Des motivations très diverses mais  la même envie de se rendre utile, de ne pas céder au fatalisme ambiant. Au contraire, se retrousser les manches et « opposer au pessimisme de l’intelligence l’optimisme de la volonté ».

Une approche pratique 

IMG_9242

Passée cette introduction visant à rappeler aux participants pourquoi ils ont poussé la porte,  vient le temps du cas pratique. Cette semaine, une sémillante jeune femme, Stéphanie, souhaite proposer à des adolescents des camps d’été pour les sensibiliser à l’action solidaire dès le plus jeune âge : des camps appelés pour le moment, ENGAGE Kids. « Au printemps dernier, j’ai monté sur le modèle des « summer camps » américains un camp d’une semaine autour de la nature dans la ville, avec des jeux, des visites, des rencontres.  Je souhaitais leur donner envie de protéger l’environnement et leur inculquer un réflexe qu’ils n’ont pas toujours : celui d’aider et de penser aux autres. Le tout en anglais, pour faire d’une pierre deux coups et leur montrer que l’anglais ne sert pas uniquement à l’école mais à échanger, à s’amuser. Je voudrais continuer dans cette voie et pouvoir ouvrir ce type d’expérience à des enfants de tous les milieux. » 

Intelligence collective

IMG_9258

Eric-Axel Zimmer, spécialiste de l’intelligence collective, propose de se repartir par groupe de six ou huit et de réfléchir aux contenus de ces formations d’été, à leur périodicité et aux moyens de les rendre pérennes et attractifs. Chaque cercle couche sur le papier ses idées. Tout le monde est sollicité pour prendre la parole et échanger. Même les moins confiants. Les propos sont libres et pourtant les conversations sont loin de celles du Café du commerce. Les disciplines, les âges, les diplômes, les caractères se complètent.

« Nous découvrons le projet lors de la courte présentation de la personne qui en a eu l’idée ou nous avons reçu un pitch quelques jours avant » me précise un membre d’Engage. « La plupart du temps, comme nous ne sommes pas des spécialistes de ce secteur en particulier, nous sommes vierges, sans à priori. Nous abordons le sujet avec un regard nouveau, avec nos réflexes, qui de la com, qui de la fiscalité ou des nouvelles technologies ». Chacun fait part de son expérience. Une mère de famille évoque des cours de cuisine pour sensibiliser à l’agriculture biologique. Un père plus bricoleur suggèrera la construction d’un radeau pour que les enfants soient dans le partage, fassent une oeuvre collective de leurs mains, une métaphore pour qu’ils comprennent qu’ensemble, ils peuvent construire de belles choses. Un amoureux de la glisse recommande de s’inspirer des actions de la « Surfrider foundation » ou de l’association « Moutain riders », autrement dit, attirer les adolescents par le biais d’activités « fun » comme le surf ou le snowboard puis une fois qu’il y ont pris goût et qu’ils aiment leur lieu de villégiature, leur proposer des opérations de ramassage de mégots dans la montagne ou de plastiques sur les dunes. « Le charme de ces échanges réside dans leur bienveillance, avoue une habituée. Chacun apporte ses compétences. Nous sommes dans le partage. Nous  apprenons de ceux qui ont plus de connaissances que nous sur un point donné. Les séances durent trois heures, pas une minute en plus.  Nous  ne sommes pas là pour nous disperser en querelles d’égo. Le  seul enjeu ici est d’apporter un maximum de conseils pertinents au créateur. Tout le monde a un savoir ou un savoir-faire qui peut lui rendre service ». 

Conseils et contacts : favoriser le partage

IMG_9259

Lors de la restitution de son petite groupe, la benjamine, Cordelia, étudiante au Celsa, conseille d’utiliser un logiciel qui retranscrit de manière dynamique la logique du cheminement de chacun groupe. Certains prennent des notes pour ne rien perdre. Au cours de la soirée, plusieurs thèmes seront abordés.  « Qu’est ce qu’on pourrait y trouver? » « Comment financer ces camps de jeunes ? » »Comment  les faire connaître ? ». Une fois un aspect exploré, les participants se déplacent, découvrent de nouveaux visages, trouvent en fonction de leur expérience de nouveaux moyens pour faire décoller le projet et contourner les écueils les plus évidents. Ils les listent par ordre d’importance et dévoilent leurs conclusions bien souvent inattendues aux autres. « Pour nous, porteurs de projets qui sommes souvent la tête dans le guidon, affirme Stéphanie, c’est un plus. En trois heures, nous récoltons de quoi nourrir notre projet pour longtemps. Ces conseils font du bien. On imagine discrètement notre projet dans notre coin et tout à coup on a plein de nouvelles pistes qui s’ouvrent à nous, on reçoit des encouragements qui nous boostent. »Des participants viennent alors lui dire qu’ils peuvent donner des coups de main, qu’ils désirent faire partie de l’aventure car l’idée les séduit ou qu’ils ont des contacts qui pourraient être sensibles à la démarche.

« Nous n’avons pas la prétention de refaire le monde. Nous ne sommes pas dans les grandes paroles. Nous voulons être aux cotés de ceux qui osent, de ceux qui créent sur le terrain. Nous sommes des créateurs contributifs, des dream makers » précise fièrement Jérôme Cohen, le créateur de ce laboratoire qui a su fédérer en un an des centaines de bonnes volontés.  Pour l’instant, le nombre de projet n’est pas encore significatif. Néanmoins, avec le boom de l’économie collaborative, les changements de comportements liés à l’arrivée du numérique, ces initiatives spontanées pourraient façonner un nouveau paysage.  Tentative après tentative, essais  après essais, des pistes émergent. Pour Eric-Axel Zimmer, cela contribue au « mindset shift », au changement des mentalités. 

Acteurs du changement

IMG_9266

On a, au mois de septembre, beaucoup entendu parler de la crise des intellectuels, d’un repli sur soi, d’une absence de réflexion. Les quotidiens,  les hebdomadaires, les journaux télévisés ont déploré les prises de positions déconcertantes de penseurs, de figures omniprésentes dans les médias qui publient livres sur livres et qui sont réduits à sortir des petites phrases pour vendre leur dernier ouvrage. Leur point commun : avoir près de 60 ans, réfléchir avec des modes de pensée issus du XXème siècle, un temps où les hommes politiques impulsaient encore le changement et être désespérément coupés des réalités.

C’est une erreur. Il existe de nombreuses personnes qui réfléchissent, se mobilisent, sur le terrain, sans polémique. Et tentent de proposer des alternatives, expérimentent. A Engage et dans d’autres structures qui se multiplient, on sent de l’énergie, de l’inventivité et de l’envie. Un souffle positif. On y trouve des jeunes et des moins jeunes qui ne ressassent pas, n’ont pas envie d’être aigris et essayent d’imaginer d’autres voies. Hors des sentiers battus, sans gourou, loin des discours politiques convenus et dépassés. Ils ne croient plus aux promesses, aux partis devenus de simples tremplins pour des carrières solitaires. En quête de sens, ils s’investissent. Autrement. lls échangent et créent, en silence, à l’écart des radars médiatiques.  Ces mouvements ni de droite, ni de gauche, simplement citoyens, ne délèguent pas leur pensée, en reprenant  des concepts martelés par d’autres, en d’autres temps.

Ces nouveaux acteurs cherchent à leur manière par le biais de rencontres créatives à faire émerger des idées concrètes, à échelle humaine. Une intelligence collective.

« Notre mission, c’est de mettre en mouvement la société civile ». avance Jérôme Cohen. « Nous allons créer une Engage University, pour donner à chacun la capacité et l’opportunité d’agir, en se développant personnellement, en enrichissant ses connaissances. Ces membres seront libres de s’orienter vers les causes qui leur tiennent le plus à cœur mais ils auront ainsi les outils pour contribuer au changement.  »

L’espoir est là. En 2015, les idées foisonnement.  L’apparition et la multiplication de ces laboratoires citoyens qui sont animés par la recherche du résultat, et portés plus par l’enthousiasme que la peur, est un fait majeur. Un vent nouveau se lève.  Assister à cette dynamique est encourageant, plus que cela : exaltant. Y prendre part est une cure de jouvence.

Jean-Marc Paillous