Karine Jacquemart : le citoyen comme levier

Karine Jacquemart est aujourd’hui directrice de Foodwatch France après avoir été notamment directrice du plaidoyer de Greenpeace. Intervenante Eclaireuse, elle anime les ateliers mobilisation à l’ENGAGE University et conseille les explorateurs de nos Défis dans le cadre de campagnes de plaidoyer.  

– Quel est ton métier et celui de Foodwatch? 

Je suis directrice générale de l’association foodwatch France, créée en 2014, que je développe avec une petite équipe de 5 personnes et le soutien de nos sympathisants. Engagée pour défendre transparence et droits de l’homme, notamment sur les questions de droit à l’alimentation, je dirige des projets internationaux dans le secteur associatif depuis plus de 17 ans, de l’humanitaire à Greenpeace.

Foodwatch est un contre-pouvoir citoyen 100% indépendant qui milite pour plus de transparence et pour une alimentation saine pour tous. Face aux manipulations des lobbies, nous enquêtons, lançons l’alerte, mobilisons et poussons responsables de l’industrie agroalimentaire et responsables politiques à changer leurs pratiques. Les effets de la malbouffe sur la santé ne sont malheureusement plus à démontrer et comment accepter que les produits alimentaires contiennent encore autant de résidus de pesticides, d’aditifs controversés, de nanomatériaux et autres perturbateurs endocriniens ?!  Il est temps d’agir, ce que fait foodwatch en France et en Europe.

– Sens-tu que la prise de conscience progresse, du côté citoyen, du côté des entreprises? 

Absolument. Du côté citoyen, on sent bien que les gens en ont ras-le-bol du règne du marketing et des lobbies qui bafouent leurs droits et leur santé. Quand on dévoile publiquement les résultats de nos enquêtes et qu’on propose aux gens des moyens de se mobiliser, ils sont de plus en plus nombreux au rendez-vous. Les citoyens ont compris qu’il est possible de faire changer les choses, mais seulement si nous agissons ensemble pour être plus forts. Cette mobilisation collective nous donne d’ailleurs de belles occasions de recréer du lien social, du sens aux actions communes.

Quant aux entreprises, il y a encore un fossé flagrant. D’un côté elles sentent bien que la demande des consommateurs.trices se tourne de plus en plus vers des produits plus naturels, sans pesticides etc. et certains cherchent déjà à adapter en partie leur offre. Mais de l’autre côté persiste le poids de certains géants de la malbouffe qui inondent le marché de produits transformés souvent trop sucrés, trop gras, trop salés, et bloquent tout projet pour mieux protéger les consommateurs.trices, comme celui du logo nutritionnel Nutri-score. Sans les y forcer, ces mastodontes continueront en toute impunité. Mais nous sommes depuis en plus nombreux à incarner David contre Goliath et les choses changent !

– Pour quels résultats concrets?

Il y a un premier impact à court terme : par exemple plusieurs marques ont changé leurs emballages ou leurs recettes suite à des pétitions lancées par foodwatch dans notre campagne Arnaque sur l’étiquette, six grands distributeurs se sont engagés à supprimer les huiles minérales MOAH– des dérivés d’hydrocarbures- de leurs produits alimentaires suite à des tests effectués par foodwatch en Europe,  le dioxyde de titane, un additif dangereux pour la santé, va être suspendu en France.

Mais certains combats demandent une détermination et une mobilisation dans le temps. C’est le cas par exemple du glyphosate, dont le feuilleton n’est pas fini pour en obtenir l’interdiction… et avec lui la question plus large des autres pesticides.  C’est aussi bien sûr le cas des accords de libre échange qui menacent notre démocratie. Les enjeux sont nombreux.

Mais ce qui est sûr, c’est qu’un des premiers résultats est que les actions de foodwatch et la mobilisation citoyenne ont envoyé un signal très fort à l’industrie agroalimentaire et aux responsables politiques : nous vous observons et nous allons vous forcer à prendre des mesures. Et ils le comprennent.

– Les enjeux liés à l’alimentation sont fondamentaux. Comment pourrions-nous accélérer l’évolution des pratiques?

La prise de conscience des citoyen.ne.s, leur mobilisation, leurs choix par leurs actes d’achat sont autant de leviers. Mais pour vraiment protéger de la malbouffe et de ses effets désastreux, il faut qu’il y ait des règles du jeu claires et contraignantes pour l’industrie, pour que les produits alimentaires soient plus sains, quelque soit la marque. Cela signifie que c‘est aux autorités publiques de renforcer la règlementation. foodwatch pousse depuis un an par exemple pour l’interdiction de la publicité et du marketing qui ciblent les enfants pour les produits  trop sucrés, trop gras, trop salés – 1 enfant sur 6 en France est en surpoids ou obèse !-. De nombreux député.e.s soutiennent cette idée, mais le gouvernement bloque sous prétexte qu’il vaut mieux s’appuyer sur des engagements volontaires des entreprises.

Nous n’allons pas lâcher. Nos enquêtes et campagnes mettent la pression sur les industriels et sur les décideurs politiques. Plus nous sommes nombreux, plus nous pourrons accélérer ces changements.

– Tu interviens à ENGAGE University, notamment dans le programme Transformation, dans lequel tu partages tes techniques de plaidoyer, pourquoi?

Parce que je suis convaincue du pouvoir que nous avons, chacun.e et surtout ensemble, si nous agissons et nous mobilisons dans un sens commun. Je ne compte plus le nombre de personnes que j’ai rencontrées qui souhaitaient agir, contribuer à une société plus juste mais étaient paralysées car elles ne savaient pas par où commencer. Engage University est une belle opportunité de réunir ces forces vives, de les outiller et de recréer du vivre ensemble. Et surtout de l’AGIR ensemble dans le cadre des Défis que nous lançons avec ENGAGE Action.

– Un mot, une phrase pour décrire ton envie pour le futur? 

L’intérêt général : c’est tellement essentiel aujourd’hui de garder ce cap en tête par opposition aux lobbies que nous combattons et qui ne défendent la plupart du temps que des intérêts particuliers, au détriment des citoyen.ne.s, des biens communs, de la planète.

Nous avons besoin d’un nouveau contrat social, étendu à toute l’Europe bien sûr. Les risques de replis sont omniprésents. Ils doivent nous motiver plus que jamais pour agir, chacun à sa façon, et ensemble.

POUR APPROFONDIR

En quelques minutes | découvrir Foodwatch

En plusieurs jours | Suivre le programme Transformation de l’ENGAGE University

En plusieurs heures ou plusieurs jours | s’engager dans un Défi ENGAGE

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire