Interview de Walter Baets, Dean thecamp

Walter Baets est Dean de thecamp, partenaire d’Engage, lieu dédié à la technologie et à l’innovation sociale. Il revient sur le lifelong learning et sur l’apprentissage au 21ème siècle.

Quel est votre rôle au sein de thecamp?
Je suis le « dean » (doyen) de thecamp, responsable de l’approche pédagogique, des activités académiques et de la ligne éditoriale. Mon expérience internationale induit également un rôle dans le développement international de thecamp, au travers de la recherche de partenaires académiques et entreprises notamment.
Pourquoi avez-vous rejoint cette initiative?
C’est un projet unique, avec des valeurs, une mission et une ambition qui résonnent avec les miennes. J’ai travaillé dans beaucoup de business schools, à des postes de responsabilité, mais j’ai toujours ressenti des limites dans mon autonomie, par la législation, les accréditations, les rankings, etc. Ici, j’anticipe de pouvoir enfin réaliser ce que j’ai toujours voulu faire.  
Comment définiriez-vous le rôle de l’éducation au 21ème siècle? Et ses principaux enjeux?
L’éducation est toujours la priorité numéro un d’une société. L’égalité des chances, l’inclusion ne peuvent être recherchées qu’avec un niveau d’éducation minimal.
Malheureusement, notre système éducatif, surtout en France, est tout à fait inadéquat, dès le primaire.
On fait fausse route car on ne pousse pas les capacités d’innovation, de responsabilité, de créativité. Il donc faut sérieusement repenser notre système éducatif, le transformer en un système d’apprentissage et non d’enseignement. Développer le sens de l’initiative, la diversité des activités, la pensée critique, le travail en groupe, l’utilisation de nouvelles ressources disponibles (numérique). Arrêter d’enseigner pour créer les conditions de l’apprentissage.
A l’heure de la complexité, l’éducation figure comme l’outil majeur pour éviter que nos sociétés ne se disloquent. Comment favoriser l’éducation continue et surtout peut-être l’éducation continue pour tous?
Il faut innover radicalement, rendre l’éducation plus modulaire, intégrée dans les activités quotidiennes. En matière professionnelle, le Workplace learning, par exemple, doit devenir standard. La gestion des connaissances et l’apprentissage sont deux côtés de la même pièce.
On parle de Mooc, de société apprenante, quels rôles vont jouer les technologues et l’IA dans le futur de l’éducation?
Le MOOC, pour moi, est un mauvais exemple. Le MOOC ne fait rien d’autre qu’automatiser ce qui ne fonctionne déjà pas dans l’éducation classique. Comme je disais, il faut se concentrer beaucoup plus sur la gestion des connaissances, comme base de l’apprentissage. C’est là que les technologies et l’IA peuvent faire des merveilles. La mise a disposition de connaissances, la possibilité offerte de rechercher par des voies sémantiques ; la création de learning paths automatiques à partir de bases de connaissances. Il faut utiliser l’IA comme support de notre apprentissage ‘humain’ classique, et alors nous ferons des merveilles.
Le futur de l’éducation en un mot ou une phrase?
Learning by doing, learning while doing, learning with a purpose.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire